L’investissement immobilier, qu’il soit réalisé dans un objectif d’immobilier de jouissance comme la résidence principale ou la résidence secondaire, mais également dans un objectif de recherche de rendement est incontournable pour celui qui souhaite se construire un patrimoine.

Tout commence par l’acquisition d’un première résidence principale, le plus jeune possible. Cette résidence principale pourra évoluer au fil du temps, être revendue en franchise d’impôt sur la plus-value pour s’adapter à l’évolution de la famille ou encore être améliorée ou agrandie.

Comme nous vous l’expliquions dans cet article « Acheter sa résidence principale : Un impératif patrimonial ?« , vous devez être propriétaire de votre résidence principale dès lors que vous êtes capable de vous « installer » pour une dizaine d’années environ.

Le temps, les travaux d’amélioration que vous ne manquerez pas de réaliser, mais surtout l’effort d’épargne que vous effectuerez sans vous en rendre compte vous permettront de vous constituer un début de patrimoine. C’est la base ! Simple, efficace et tellement intuitif.

Il ne faut pas hésiter à investir dans votre résidence principale !

Ensuite, certains pourront se laisser tenter par l’acquisition d’une résidence secondaire. Même raisonnement. Le temps, les travaux d’amélioration et l’effort d’épargne consacré au remboursement de votre crédit immobilier vous permettront, à coup sûr, de poursuivre la construction de votre patrimoine. Au regard des niveaux d’endettement autorisés par les banques, l’acquisition d’une résidence secondaire est limité aux hauts revenus ou à ceux d’entre vous qui auront, le plus souvent, déjà remboursé le crédit de leur résidence principale.

L’acquisition de la résidence principale surtout, puis de la résidence secondaire sont les fondations d’un patrimoine. Vous devez y passer et ce sera toujours le bon moment pour investir (surtout pour la résidence principale).

Ne cherchez pas à investir au meilleur moment ou à faire un coup car vous risquez de devoir passer beaucoup de temps et consacrer beaucoup d’énergie pour pas grand chose. En réalité, votre enrichissement repose principalement sur la durée de votre investissement, sur le temps.

Lorsque l’on détient une bien immobilier 20 ou 25 ans, la plus-value immobilière est quasi-systématique et l’effort d’épargne forcée du fait du remboursement mensuel du crédit immobilier vous oblige à vous construire un patrimoine.

Il ne faut pas chercher plus loin l’intérêt de l’investissement immobilier. Oubliez le rendement locatif, l’opportunité exceptionnelle d’un bien acheté en dessous du prix du marché ou autre stratégie d’investissement, 80% de votre patrimoine trouvera son origine dans la durée de votre investissement et dans l’effort d’épargne consacré au remboursement du crédit immobilier.

Ainsi, il faut investir. Peu importe de savoir si c’est le bon moment, il faut agir et commencer le plus tôt possible dès lors que vous êtes en capacité de vous projetter à très long terme.

La notion d’épargne forcée est fondamentale à intégrer. Rembourser votre crédit immobilier, c’est, tous les mois, réduire votre dette et vous obliger à vous construire un patrimoine. Sans vous en rendre compte, vous vous construisez un patrimoine, mois après mois, mensualité après mensualité.

En l’absence de crédit immobilier à rembourser, vous pourriez être tenté d’utiliser cet argent dans les dépenses de la vie du quotidien. C’est en ce sens que l’on peut parler d’épargne forcée !

Attendre le meilleur moment, c’est surtout être passif et ne pas profiter de l’effet temps et de l’effort d’épargne forcée que représente le remboursement mensuel de votre crédit immobilier.

Le risque principal de l’immobilier, c’est l’accident de la vie (divorce, décès, chômage, mutation, …) qui vous oblige à revendre votre bien immobilier dans la précipitation alors que le marché n’est pas porteur, ou trop rapidement après l’avoir acheté. Dans les autres situations, le temps long et votre capacité à investir pour 15, 20 ou même 30 ans vous assure presque toujours de faire un investissement pertinent.

Bref, c’est toujours le bon moment d’investir dans l’acquisition de sa résidence principale ou secondaire dès lors que vous détiendrez longtemps votre bien immobilier.

En revanche, le spéculateur immobilier, celui qui achète aujourd’hui une résidence principale trop petite qu’il devra revendre dans 4 ans à l’arrivée du bébé, doit assumer le risque de sa spéculation. Dans 4 ans, si le marché n’est pas porteur, il devra trouver une autre solution ou assumez une moins-value immobilière.

Pour l’investissement immobilier locatif, le raisonnement est identique, notamment s’il s’agit d’investir dans un bien immobilier patrimonial (cf. « Locatif : La différence entre l’immobilier patrimonial et l’immobilier de rendement« ).

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Abonnement patrimonial
Livre et formations 
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Conférences patrimoniales

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :