Le choc est violent, mais force est de constater que le choc de la crise en Ukraine, la peur de l’inflation et aujourd’hui la violente hausse des taux de crédit immobilier ont mis le marché immobilier à l’arrêt.

Il y a quelques semaines, nous évoquions les difficultés pour le marché immobilier locatif touché par des normes d’endettement plafonné à 35% sans prise en compte du calcul différentiel et surtout par l’interdiction de louer les logements classés en F & G à court terme puis les logements classés E.

Aujourd’hui, il semble bien que ce soit le marché de la résidence principale soit touché à son tour. Alors que le printemps est traditionnellement une période dynamique pour le marché immobilier, cette année, c’est le calme plat sur le marché.

Il semble bien que les acheteurs aient mis leur projet immobilier en mode pause ; En cause l’incertitude de la guerre en Ukraine, l’inflation, mais aussi la violente hausse des taux de crédit immobilier qui est en train de fortement réduire l’accès au crédit immobilier.

Au début de l’année 2022, on pouvait encore espérer emprunter autour de 1% sur 20 ans.

Nous sommes aujourd’hui à 1.60%… et surtout les rumeurs laissent entendre qu’au regard du niveau actuel des taux d’emprunt d’état, un taux nominal à 3% n’aurait rien d’étonnant à la fin de l’année 2022 (cf. « Des taux de crédit immobilier à 3% sur 20 ans à la fin de l’année 2022 ?« ).

Au moment ou j’écris ces lignes, le taux d’emprunt de l’état Français est à 1.81%. Incroyable ! Nous étions autour de 0% au début du mois d’avril !

Nous vivons un choc obligataire incroyable qui n’est pas sans rappeler le début des années 90 ! (cf. « La bulle immobilière à Paris peut t’elle éclater comme la bulle de 1991 ?« )

Entre 1% et 3% sur 20 ans, ce sont environ 250€ de mensualités supplémentaires pour un crédit immobilier de 250 000€ !

Une hausse des taux violente qui ne pourra pas être absorbée dans conséquence sur les prix de l’immobilier. Une conséquence négative qui pourrait être d’autant plus forte que les prix de l’immobilier sont déconnectés des fondamentaux immobiliers.

Face à cette grande incertitude, nombres de candidats investisseurs préfèrent attendre que le marché retombe plutôt que de se précipiter en achetant un bien immobilier valorisé au plus haut.

Au final, le marché immobilier est à l’arrêt ;

Les candidats acquéreurs ont raison d’être prudents et d’attendre. La hausse des taux

Après deux années d’euphorie, il est pertinent de laisser le marché reprendre son souffle :

  • Le volume des transactions devrait fortement baisser dans les prochains mois ;
  • Les refus de prêt se multiplie à cause du taux d’usure ; Les banques arrêtent de prêter.
  • Les délais de vente vont s’allonger ;
  • Les vendeurs vont progressivement perdre la main et devront accepter des niveaux de prix plus raisonnable ;
  • Bref, après deux années d’euphorie au profit des vendeurs, le marché retrouve un nouvel équilibre ; Les acquéreurs vont tranquillement pouvoir envisager de négocier et chercher tranquillement leur prochain investissement.

Le choc est particulièrement violent. Le marché s’est quasiment arrêté du jour au lendemain.

Dingue !

L’incertitude est à son maximum pour le marché immobilier. Et le pire est probablement à venir, si la hausse des taux de crédit immobilier se confirme.

L’année 2022 va être longue.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres et formations 
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Epargne et placement 
Assurance-vie
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Immobilier locatif 
Chasseur en investissement immobilier locatif
Crédit immobilier
Assurance emprunteur
Expert-comptable Location meublée et SCI

104 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :