Ce matin, Benjamin GRIVEAUX annonce que le gouvernement pourrait bien renoncer à l’IFI s’il est établit que la réforme fiscale de suppression de l’ISF et création de l’IFI ne fonctionne pas.

Mot pour mot, Benjamin GRIVEAUX annonce qu’une évaluation de l’IFI sera réalisée à l’automne 2019, « et si ça ne fonctionne pas on y renoncera« . C’est la panique au gouvernement !

Benjamin GRIVEAUX serait il en train de nous faire croire qu’ils envisagent sérieusement de rétablir l’ISF ? ou essaie t’il de jouer avec des éléments de langage insupportables pour essayer de calmer les #giletsjaunes en leur laissant croire qu’il est possible de rétablir l’ISF ?

 

IFI, « ça ne fonctionne pas, on y renoncera. « 

Ainsi une évaluation de la suppression de l’ISF / création de l’IFI devrait être réalisée à l’automne 2019. Cette évaluation devra établir le bien fondé de la suppression de l’ISF…. Mais quelles arguments trouver ? Comment apprécier la pertinence de la suppression de l’ISF ?

Souvenez vous de la narration qui accompagnait la suppression de l’ISF, il s’agissait de mettre fin à l’exode des premiers de cordées et autres riches Français qui quittaient la France à cause de cette pseudo imposition confiscatoire qu’était l’ISF.  Cette idée, nous vous l’avons affirmé à de très nombreuses reprises, était une fakenews, une légende urbaine alimentée par les divers lobbys payés pour encourager la suppression de l’ISF.

Comment apprécier la réussite d’une réforme fiscale qui repose sur une légende urbaine, une fakenews ? A l’époque, lorsque l’ISF était encore d’actualité, les experts étaient incapables de quantifier le nombre d’expatriation dont la motivation fiscale était le moteur principal. Aujourd’hui, alors que l’ISF est supprimée et que l’IFI taxe les patrimoines immobiliers, comment peut on espérer quantifier le non-quantifiable ?

Il est évident que la suppression de l’ISF, nous a fait plaisir. Les Français dont le patrimoine financier est élevé ont économisé de l’argent. C’est toujours agréable et plaisant de payer moins d’impôt.

Mais est ce que le comportement des épargnants a changé ? Vous qui avez économisé de l’ISF, qu’avez vous fait de l’argent économisé ? Avez vous suivis les injonctions du gouvernement qui annonçaient que la suppression de l’ISF permettrait d’améliorer le financement des entreprises. Avez vous basculé votre patrimoine au profit du financement des entreprises ou vous êtes vous contenté d’être heureux de payer moins d’impôt ? (et c’est déjà pas mal).

 

Nous connaissons tous la réponse. Arrêtons l’hypocrisie.La suppression de l’ISF est une mesure agréable pour les contribuables dont le patrimoine est élevé… et puis c’est tout. Cela ne change rien sur le fond !

La suppression de l’ISF était une mesure dogmatique motivée par la satisfaction de quelques très rares privilégiés. Il est impossible de quantifier comment cette suppression de l’ISF a alimenté l’intérêt général.

 

L’ISF ne sera pas rétablit par le gouvernement ! C’est impossible. Il est irresponsable de le laisser croire aux #giletsjaunes et autres contribuables qui ne comprennent pas la théorie fumeuse des premiers de cordée.

Un seul graphique permet de comprendre le mouvement des giletsjaunes. Extrait de notre article « Pouvoir d’achat : Qui sont les gagnants et les perdants de la politique fiscale 2018 et 2019 de Macron ? » : 

 

Tout cela va mal finir.




140 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    Vous semblez avoir oublier 2 éléments
    La nécessité de ne pas être plus imposée que les voisins européens
    Et ainsi la création d’un cercle vertueux pour que des riches viennent en France
    La ,avec les gilets jaunes et la mentalité française c est foutu.
    Ensuite comparez le déficit entre nos dépenses et nos recettes avec les 4milliards de l’isf et toute personne de bonne foi dirait c est peanuts et même si vous les distribuiez aux millions qui ne paient pas d impôt sur le revenu c est encore peanut d autant que les français sont les rois de la triche
    Combien vivent en concubinage et déclarent leurs revenus séparément pour bénéficier justement des seuils de non’ paiement
    A vous lire j ai de plus en p’us L impression que vous vivez sur une autre planète ou la France peut tout faire sans se préoccuper du reste du monde
    La France est foutue mais pas pour vos raisons mais à raison de cette folie partageuse enseignbe dès la maternelle et doublement foutue avec la religion verte que l on veut faire payer à l ensemble des francais et au profit de quelques initiés du Pouvoir
    La Trouille monte mais le Pouvoir c’est aussi assumer la rue et pas seulement se balader se vêtir s empiffrer s écouter parler
    Et remplir son carnet d adresses pour vivre comme des nababs après le Pouvoir
    Il’est A craindre que la morgue Macroninienne ait déclenché des forces souterraines puissantes dont il n avait pas conscience. Et probablement toujours pas conscience
    On croit comprendre qu il
    Y avait samedi dernier des casseurs professionnels et des membres des « quartiers » ceux là très mobiles reviendront jouer au chat et à la souris samedi prochain et ça veut dire que vu l’effet d emballement jouant ça risque d être pire car nous sommes toujours avec l application de la justice commune légitime défense et respect des manifestants innocents même quand aucune règle n’a été respectée ,
    Bref Macronc a toujours un temps de retard .J ose simplement espérer que ce n’est pas une tactique pour finir avec l article 16

    • Hélas, vous avez raison.

    • vous avez parfaitement raison, quel gâchis ce socialo-communisme

    • Bien entendu, encore une fois en plein accord avec vous Fredy 🙂 🙂 🙂

      Quand je lis cela:

      « Souvenez vous de la narration qui accompagnait la suppression de l’ISF, il s’agissait de mettre fin à l’exode des premiers de cordées et autres riches Français qui quittaient la France à cause de cette pseudo imposition confiscatoire qu’était l’ISF. Cette idée, nous vous l’avons affirmé à de très nombreuses reprises, était une fakenews, une légende urbaine alimentée par les divers lobbys payés pour encourager la suppression de l’ISF. »

      J’ai envie de répondre: « Mélenchon sortez de ce corps ! » et comme vous Fredy: « mais de quelle planète venait-vous GF ? »

      – En UE, nous sommes les seuls à pratiquer cet impôt et hors UE, seuls la Norvège (avec un taux d’imposition de 0,9 à 1,1% du capital), la Suisse et le Liechtenstein ont un impôt vaguement ressemblant à celui de la France,

      – Pourquoi l’ISF coûte cher et fait fuir nos investisseurs et entrepreneurs
      https://www.challenges.fr/la-republique-en-marche/isf-pourquoi-macron-a-raison-de-s-en-debarrasser_507595

      – l’attractivité de le France en passe de voler la place à la GB, outre le Brexit est dû globalement au niveau de formation des habitants et à sa politique fiscale dont sa stabilité (malheureusement attaquée aujourd’hui) et en particulier à la suppression de l’ISF. Si la France remet l’ISF, c’est à coup sûr un retour au Hollandisme ou équivalent et tout ce qui va avec …, fuyons, j’ai peur !

  2. Bonjour,

    Parmi nos amis ayant atteint ou dépassé la soixantaine, la plupart ont « redistribué » auprès de leurs enfants l’économie d’ISF : certes, ils n’ont pas forcément directement investi dans des PME, mais les destinataires directs de cette redistribution bienvenue (les enfants de 40 ans) n’ont pas manqué, eux, de « faire ruisseler » cette manne.

    Si, par hasard, notre Président prenait le risque de se démonétiser à la face du Monde entier en rétablissant une forme quelconque d’impôt « barbare » sur le capital mobilier, parmi nos amis qui résident temporairement à l’étranger (Espagne, Portugal) sans avoir pour autant liquidé tous leurs avoirs en France, beaucoup n’hésiteraient pas à sauter le pas. Porto, Lisbonne et autres Albufeira sont plus proches en avion de l’Ile de France que Rodez en train…

    L’ISF ne « touche pas » les très grandes fortunes (elles ont déjà quitté la France) mais la frange « moyenne supérieure » : les babies-boomers. Ils ont appris à voyager !

    • Dindonsauvage says:

      Je suis assez d’accord avec vous. l’isf touche surtout les riches « intermédiaires » quand vous êtes multi-milliardaire, vous vous en branlez un peut de l’isf… vous avez des mecs pour gérer cela et éviter de payer des impôts. cela dit quand jean luc Mélenchon arrivera au pouvoir y aura t’il un impôts pour tout les Français du monde ?
      mon cas personnel est assez criant… j’ai hérité d’un maison de famille sur l’ile de ré que j’ai souhaité garder… est ce bien pour l’investissement dans la société de m’amputer de 6000 euros mon salaire au lieux de consommer… ces 6000 euros seront ils mieux affectés par l’état.

      je ne sais pas.

      • Malheureusement, la suppression de l’ISF ne change rien à votre situation ! L’IFI a pris le relais.

        Votre problème est que vous êtes devenu statistiquement « riche » par erreur, c’est à dire que votre patrimoine est supérieur à celui que vous auriez dû avoir si aviez du construire votre patrimoine avec vos revenus.

        Ce n’est pas un jugement ou une critique… mais la simple conséquence de l’hyperinflation de la valeur des actifs immobiliers.

        • Guillaume,
          Non c’est la conséquence d’un impôt idiot c’est tout.

          • Mais tous les impôts sont idiots, non ? Pourquoi préférer un impôt sur le revenu, plutôt que sur le patrimoine ? L’impôt sur le revenu est aussi un impôt idiot, il réduit l’envie de travailler et de chercher à maximiser son revenu.
            L’impôt sur la consommation est un impôt idiot. Il réduit l’envie de consommer.

            … Il faut sortir des idées reçues et des réflexions pré-construite par les communicants.

            • Guillaume,
              Personne n’écrit ici que « tous les impôts sont idiots »
              L’impôt sur le revenu n’a pas l’impact de l’imbécile ISF
              Que fait-on dans ce pays pour boucler les budgets : créer de nouveaux impôts et creuser la dette
              Or vous savez mieux que nous que trop d’impôt due l’impôt, ceci est valable pour toutes les classes

              • Pardon : trop d’impôt tue l’impôt

              • « L’impôt sur le revenu n’a pas l’impact de l’imbécile ISF » … L’impact est pire ! Supprimez l’impôt sur le revenu, c’est à dire l’impot qui taxe celui qui travaille et vous allez voir les effets !

                Voilà pourquoi je parle de l’ISF comme d’un impôt dogmatique. Votre commentaire le démontre parfaitement ! Vous perdez votre capacité de raisonner.

                • L’impôt qui taxe le travail n’est pas plutôt les 100% des charges et taxes sur les salaires ?
                  Cela me semble difficile d’expliquer à un GJ que recevoir 1000€ de dividendes est un travail …

                  • C’est peut-être difficile, mais ça n’a pas été tenté.
                    Mais les dividendes étant la rémunération de l’épargne investie en entreprise qui permet d’investir et de rémunérer aussi les emplois en amont, je ne vois aucun problème pédagogique, sauf si on n’a jamais été entrepreneur

                • Qui envisage de supprimer l’impôt sur le revenu ? Personne, à ma connaissance.
                  Guillaume, précisez donc si vous êtes favorable ou défavorable au rétablissement de l’ISF

                  • je n’ai aucun avis sur le sujet. Je ne fais pas de politique. Je crois juste que tout ça n’est qu’une histoire de dogme, aussi bien pour les partisans de la suppression et du rétablissement.

                    • Sans faire de politique, vous pourriez avoir un avis sur le sujet…

                    • Justement non, l’impôt est politique. Ce n’est que l’aboutissement d’une vision de la société. Certain, enfermés dans des raisonnements à courte vue, pensent que le sujet est la taxation du capital, d’autres que le sujet est la taxation du travail.

                      A titre personnel, je crois que tout cela n’a plus aucun sens. Nous vivons un moment de bricolage fiscal qui nous fait oublier les véritables sujets que sont :

                      – la concurrence déloyale des paradis fiscaux dont profitent excessivement les très grandes entreprises dont les GAFA qui détruisent nos modèles économique, captent une rente …. et ne contribuent pas à nos sociétés.

                      – La concurrence déloyale des pays producteurs de biens de consommation qui produisent à bas prix au prix d’une destruction de leur environnement et l’exploitation (esclavagisme ?) de leur population.

                      Et nous ou milieu qui n’avons comme unique solution que de nous endetter toujours plus pour maintenir un semblant de train de vie.

                      Voilà ce que je pense ; et ça c’est effectivement de la politique. Je vous laisse me dire dans quel camp je suis. Moi, je ne sais pas.

                    • L’ISF, ce n’est que 4 milliards d’euros ! Un non problème. Un dogme pour ceux qui n’ont pas compris les véritables sujets.

            • Non je regrette mais un impôt qui vient enlever ce que vous avez épargné (argent qui a déjà été imposé sur votre revenu), me semble idiot. Pourquoi pas un autre impôt sur celui que vous payez déjà !( certe déjà fait avec le calcul de la CSG sur le salaire !)

            • Bonjour,
              je vous rappelle que l’impôt sur le revenu est déjà supprimé à moitié: moins de 50% des français en paie!

              Arrêtez de croire que l’impôt sur la fortune est une bonne chose. C’est un dogme idéologique des anarchistes qui piétinent le soldat inconnu. Si vous aviez le choix, à qui confieriez-vous votre famille demain: à ceux qui pai(rai)ent l’ISF ou à ceux qui tirent sur les CRS et pillent la boutique Chanel ?
              Cet ISF ne rapporte rien au regard de ce qu’il coûte. Et je ne parle pas d’argent uniquement, je parle de l’état d’esprit dans lequel il plonge les investisseurs, les épargnants et ceux qui produisent de la richesse et de l’emploi.
              Bien sûr, pour cela, il ne faut pas être contre l’épargne.
              N’est-ce-pas ?
              Bien à vous

          • C’est la conséquence d’un impôt intransigeant qui comme d’habitude ne sait pas faire dans le discernement ! (les propriétaires de l’ile de ré en est un exemple flagrant)

        • Dindonsauvage says:

          je comprends l’idée.
          mais dans le cas présent en ne réintégrant pas l’argent de la succession je suis juste en dessous de l’ifi, ayant justement choisi de placer plutôt que de rembourser.
          après s’il faut payer nous payerons mais on ira moins en vacances, au resto, au cinéma. 🙂

          ce qui est choquant dans l’isf, ca n’est pas la logique de l’isf… mais l’application. on est médecin donc très riche ! On fait parti de cette catégorie d’enfoiré de nantis de riche… quand on achète une voiture, c’est qu’on a volé cet argent aux pauvres gens… qu’on soigne et qu’on essaye d’aider :-). c’est du seconds degré hein…

          ce qui choque le plus c’est que la méritocartie n’existe pas en France, et finalement on est coupable d’avoir réussi. On pourrai parler de mes pote de promo venu d’en bas qui se sont fait à la force du poignet comme on dit. mais c’est choquant pour la société française, et souvent parfaitement normale ailleurs.

          ce qui est compréhensible pour les gilets jaunes c’est qu’ils aimeraient bien aller aussi au cinoche, au restau… etc.. ca on ne peut être que d’accord !

          après c’est quoi être riche ?
          pourrai t’on payer une année d’études à nos deux filles en école de commerce sans utiliser nos fond propres ? non… ni pour une d’ailleurs. Est-ce qu’une augmentation de 6000 euros d’impôts nous touche. moins que la moyenne des français mais un peu quand même.

          ce qui est choquant c’est cette idée parmi nos collègues de l’hôpital qui sont dans les classes moyennes qu’ils payent et finance toute la société, qu’ils sont particulièrement à plaindre, alors que sur le font, ils financent leurs loisirs, partent en vacances, ont deux voitures, et une moto, s’achètent une maison. Y compris lorsqu’il sont seul. ils sont majoritairement favorable à l’isf.

          Bernard Arnaud paye combien d’isf par rapport à son patrimoine ?

          la problématique (pas si problématique d’ailleurs) est que nous ne pouvons pas vraiment partir à l’étranger. ca n’aurai pas de trop de sens de monter trop de chose pour éviter l’impôts. par contre nous sommes facilement disponible et plutôt conciliant car nous n’avons pas vraiment d’autre choix et que finalement nous faisons parti de la société.

          hors il apparait plus difficile d’aller trouver et toucher les holding de certain, de récupérer l’argent de certaine pomme et autre GAFA qui finissent par perdre l’essence même de l’entreprise et du travail qui est: 1) donner du travail aux gens et 2) financer la société.

          bref les pauvres ne savent pas la chance qu’ils ont et à qu’elle point c’est difficile d’être riche… c’est bien entendu du seconds degré ! qui d’autre pourrai financer le système à par nous ?!

          après je ne suis pas persuader qu’on allume un feu en le privant d’oxygène mais plutôt en soufflant sur les flammes. j’aurai à titre personnel été plutôt pour un fléchage de l’épargne de l’isf sur des projets de développement écologique, et économique mais ca aurai été plus facile de l’organiser en deuxième parti de quinquennat.

          • Fredy Gosse says:

            je suivais bien jusque’ au fléchage écologique ..LOL décidément ce pays est pourri jusque’ à lamelle /on sait qu ‘une manipulation a réussi quand c’est le manipulé qui défend le manipulateur
            <En plus on est toujours dans la vision de l'Etat stratège combien milliards encore gaspillés pour l'abandon de cette sinistre plaisanterie de , mauvais gout

          • Bravo pour ce commentaire pleins de bon sens. Je vous rejoins entièrement sur le point de la « méritocartie ».

            J’ai eu la chance de pouvoir bénéficier de ce qu’on appelle l’ascenseur social et aujourd’hui quand je parle avec certains amis d’enfance je ressens parfois une rancœur car j’ai une « belle maison » et que j’ai 2 appartements en location….alors on m’assimile à quelqu’un de riche…et c’est mal vu en France.

            Un père ouvrier, une mère femme de ménage, j’ai bossé dès mes 18 ans pendant toutes les vacances, emprunté pour financer mes études. Mes parents me disaient régulièrement: « travail bien à l’école pour ne pas galérer comme nous avons galérer ».

            C’est un peu simpliste mais je continue de croire que plutôt que simplement me plaindre car je ne partais pas en vacances et bien j’ai bossé et maintenant je vis confortablement et c’est ça la clé de la réussite. Trop de personnes sont envieuses mais ne se donnent pas les moyens de changer le cours de leur vie. Je ne suis pas plus intelligent que les autres, si j’ai réussi d’autres personnes peuvent y arriver.

            Je suis conscient qu’il y a des tas de contre exemples de gens qui galèrent malgré tous leurs efforts, mais ce qui me choc en France, c’est que quand les efforts payent, on ne dit pas « bravo » on dit « ouai beh tu m’as pris une part du gâteau »

            • A Ludo,
              On ne peut être que d’accord avec vous. C’est cette mentalité qui a changé depuis 1981. À cette date là on aurait tous dû arrêter de travailler et se croiser les bras en attendant l’assistanat: il n’y aurait même pas eu besoin de manifester, ceux au pouvoir à ce moment là auraient vite été obligé de déguerpir et le problème aurait été réglé: doux rêve…

            • Parcours quasi identique, bossé pendant vacances scolaires, puis après études à partir de 25 ans, boulot stable pendant 37 ans…
              Merci d’avoir « remis les pendules à l’heure » pour certains.

        • Guillaume,
          en ce qui me concerne, je suis devenu aisé par mon seul travail et en ne demandant rien à l’état. L’ ISF double le montant de mes impôts (IR+ISF =35k€), l’IFI 4k€. L’effet pervers de l’ISF c’est qu’il taxe un patrimoine variable quand il est investi en actions, et vous payez pour un patrimoine qui a parfois perdu 20% de sa valeur au moment où vous payez. Il vaudrait mieux payer sur les revenus engendrés par ce patrimoine, car l’argent reste investi.
          Maintenant, en étant objectif, j’utilisais les investissements FIP/FCPI pour défiscaliser à mon niveau, grâce aux conseils de votre profession. Mais il y a aussi des montages pour éviter l’ISF comme être loueur professionnel …ou passer un max en bien professionnel sinon l’ISF rapporterait bien plus. Du coup, à revenus identiques, je paie bien plus qu’un haut fonctionnaire à la retraite car mes revenus immobiliers sont taxés un max et j’ai en plus l’IFI ou l’ISF. Mais vous allez me dire, problème de riche, si vous aviez préféré d’être assisté plutôt que d’avoir travaillé l’été pour payer ses études depuis l’âge de 14 ans, d’avoir veillé à épargner toute ma vie professionnelle, ne pas avoir voulu plus d’un enfant pour lui éviter de lui faire connaitre la même situation….eh bien vous profiteriez du système. Drôle de justice….et enfin j’oublie de rappeler que le retour de l’ISF qui n’existe qu’en France (cherchez l’erreur) permet de développer une activité lucrative pour les fonds financiers et…les conseils en patrimoine. Fantasme, vous avez dit fantasme ?

        • Votre remarque est idiote dans le sens qu’en dehors de l’immobilier vous ayez peu de pratique. J’ai moi même constitué mon patrimoine à l’aide de mon épargne sur longue durée (même idée que W. Buffet et respect pour sa réussite) avec des actions d’entreprises cotées et je suis à l’ISf depuis plus de 25 ans, c’est très (trop) cher à supporter, heureusement que la retraite arrivée j’ai pu partir de France. Pour l’hyperinflation de l’immobilier je vous prie de modérer votre superlatif, en effet, l’hyperinflation cela se mesure en centaines de pourcentages, dans des périodes de perte de toute crédibilité de la monnaie nationale; je ne crois pas que l’immobilier est atteint cette hauteur dans une période de cette nature. Restez raisonnable. MERCI

          • Donc vous êtes partis de France … tout en gardant précieusement votre retraite payé par ces salauds de Français ? C’est bien cela, n’est ce pas ? Et la sécurité sociale ? Comme faites vous ?

            Vous ne répondez pas à ma question. Combien d’ISF deveiez vous payer avant de partir ?

            Enfin pour ce qui est du qualificatif d’hyperinflation des actifs… Je maintiens…

            • Là, vous y allez fort ! Vous pensez sérieusement qu’il ne l’a payée sa retraite avant de l’avoir consommée ?

              • Avec notre système de retraite par répartition, pendant notre période d’activité on paye la retraite de ceux qui sont à la retraite, vous confondez avec la retraite par capitalisation.
                Donc les retraités qui quittent la France et continuent à toucher leur retraite profitent bien de ces stupides français qui continuent à payer leurs impôts en France. Idem pour la secu.

                • Pendant ma période d’activité de plus de 45 ans, j’ai effectivement été contraint au contrat social intergénérationnel et j’ai payé des cotisations qui sont allés aux retraités et ensuite ce contrat social obligatoire me pensionne, jusque là je n’ai volé personne que je sache. Pour les retraites payées à l’étranger il y a un prélèvement de 20 % (flat tax, amusant non ?) réalisé par les organismes distributeurs. Donc stupides retraités expatriés qui n’ont pas le choix et qui paient des impôts en France en contrepartie de quels services publiques en retour ?
                  Pour la sécu vous avez deux choix soit vous passez par la Caisse des français à l’étranger et vous payez plus malgré les ponctions déjà opérées à ce titre sur vos retraites brutes. La France ne sait pas vous oublier elle vous ponctionne où que vous soyez. Le deuxième choix est de prendre une complémentaire santé à l’étranger car sachez que l’on est aussi bien soigné en dehors de la France et de son mythe comme tant d’autres…

                • Non je ne confonds pas avec la retraite par capitalisation !

                  S’agissant de la retraite par répartition, bien sûr que dans les faits (techniquement), je paye pendant mon activité la retraite des des retraités, mais j’achète AUSSI le droit à la mienne pour plus tard, tout comme dans une assurance, j’achète un droit à rebâtir ma maison si celle-ci brûle et quelque part, je me fous de ce que fait la société d’assurance entre le moment où je paie et le moment où ma maison va brûler pourvu que le contrat soit respecté.

                  Solidarité ! vont crier certains ! elle est dans la différence (globalement parlant sauf incident ou mauvaise gestion) entre le « trop » payé en cotisations et la restitution à la retraite

        • Je comprend pourquoi les conseillers en patrimoine regrettent le bon temps de l isf
          ou les assujettis souscrivaient en masse des investissements déductibles de l lisf
          qui ne valaient plus rien 5 ans après !

      • Une chose est certaine, pour l’état il vaut mieux vous prendre directement 6000 € que de vous laisser les consommer.
        La TVA est à 20% (métropole) donc si vous consommez : 6000 x 0.2 = 1200 € pour l’état.
        En revanche, ces 6000 € vous ne les mettez pas dans l’économie et il y a de fortes chances qu’ils aillent dans un secteur improductif comme par exemple : payer une partie du salaire d’un fonctionnaire territorial surnuméraire (principale source de dépenses improductives de l’état).
        Maintenant voyons les choses de manière plus globale quitte à caricaturer.
        La suppression de l’ISF a coûté 5 milliards à l’état. 5 milliards qui d’une manière ou d’une autre ce serait retrouvés dans l’économie (placements, investissements, consommation). En caricaturant, on peut imaginer ce que cela donnerait si on employait des salariés à 30 000 € / an brut. Et bien félicitations! Vous venez de créer 166 000 emplois productifs. Vous multipliez par le nombre d’années d’application de l’ISF et vous comprenez qu’on aurait réduit le chômage de masse de manière assez importante.
        Bien évidemment ce n’est pas aussi mécanique que cela et je ne pense pas qu’il existe une recette miracle contre le chômage, mais cela vous donne quand même une idée de ce qui pourrait être fait si ces 5 milliards étaient affectés au secteur privé plutôt qu’à l’état.
        Evidemment tous les communistes et anarchistes, qui espèrent que comme eux les gens n’ont pas appris à compter, viendront vous expliquer que ces 5 milliards qui leur appartiennent à eux fonctionnaires (!!!) vont seulement enrichir les patrons.
        La question est aussi celle du court terme contre le long terme.
        Et vous comprenez que certains ont intérêt à enfermer les débats dans le court terme.

  3. La suppression de l’ISF mesure dogmatique??? Moins certainement que la demande de son rétablissement, non? Et tous nos voisins chez lesquels cet impôt n’existe pas, ils sont dogmatiques?
    Quelle est votre proposition, je ne la comprend pas bien et pourquoi serait-il impossible de rétablir l’ISF? Je serais pour à condition de l’assortir des mesures qui existaient, à savoir possibilité d’en déduire les investissement dans des entreprises ou des associations.

    • Un impôt quel qu’il soit est par définition dogmatique ! sa suppression comme son rétablissement tout aussi comme un nouvel impôt (Cf. impôt écologique).

      La question n’est pas là. La vraie question est: « Est-ce que cet impôt coûte plus cher qu’il ne rapporte, en intégrant toutes les variables de l’équation tant sur le court que les moyen et long termes ? ».

      On peut facilement admettre que si la majorité des pays dont la majorité, voire la totalité sont moins dogmatiques que la France, ont abandonné cet impôt qu’est l’ISF (ou équivalent), et si on considère que les autres (gouvernants) ne sont pas tous des idiots, c’est bien que cet impôt ne rapporte rien ou presque.

  4. Mais attendu que Patick Arthus sur BFMB trouve des signes positifs à la suppression de l’ISF sans doute connus du gouvernement, l’ISF serait enterré

  5. Cher Guillaume,
    Je suis stupéfait par votre article que l’ on aurait tout aussi bien pu lire dans l’humanimé.
    Pour tout vous dire je ne suis qu’ Moitié étonné.

    • Je ne fais pas de politique. Je n’ai aucune idée politique. Pouvez vous me trouver des sources sérieuse qui prouve que l’ISF était un frein ?

      • Dindonsauvage says:

        l’augmentation de croissance et de pib de la suède après l’arrêt de l’isf dans les 5 ans qui ont suivi ?

        c’est ce qui est vendu par Philippe Aghion qui a aussi aidé au programme économique de Macron.

        après est ce vrai ?

      • 35 ans d’isf, regardez simplement où nous en sommes.
        J’attends Que vous me prouviez que cet impôt a été bénéfique pour le pays .
        par contre il a permis d’engraisser Bon nombre d’officine De défiscalisation et autres cgp et cgpi.

        • Attendez, je n’affirme pas du tout qu’il était un bon impôt… j’affirme juste qu’il n’est pas démontré que l’ISF était responsable de tous les maux du pays (exode des plus riches notamment). Rien de plus, rien de moins.

          J’affirme aussi qu’il impossible de le rétablir. L’impact en terme de « communication » serait trop négatif compte tenu de cette légende urbaine qui veut qu’un impôt sur le patrimoine est nuisible à la croissance. .

          Seulement, je n’arrive pas à comprendre pourquoi un IFI serait meilleur qu’un ISF ? Or, depuis l’IFI, plus personne ne semble se plaindre ?

          • Guillaume,
            Un article de Stéphane Soumier BFMBusinessComment l’ISF a détruit les entreprises
            28/11/2018 à 17h07
            000_Par7237277.jpg

            Personne ne l’a mesuré et donc le phénomène n’existe pas officiellement. Pourtant, 35 ans de mécanisme ISF ont affaibli les entreprises.

            Le sujet n’émerge pas parce qu’il semble impossible à traiter. Sauf qu’au moment où monte la revendication d’un retour de l’ISF, il est urgent d’expliquer le mécanisme d’un véritable cancer : celui d’une lente dégradation de la solidité d’entreprises minées par le poids de cet impôt sur leurs actionnaires.

            Tout part des conditions d’exonération des biens professionnels. Que les experts me pardonnent, je résume à grands traits des éléments évidemment plus complexes, mais la règle commune (dans les sociétés soumises à l’IS) c’est qu’il faut détenir au moins 25% du capital de l’entreprise pour être exonéré, il faut aussi que le contribuable exerce une fonction de direction et touche une rémunération compatible avec la fonction exigée. Tous les mots sont importants et portent les germes de la crise politique que nous traversons aujourd’hui.

            Que se passe-t-il dans le cas d’une entreprise familiale de taille respectable, entreprise de taille intermédiaire, plusieurs dizaines de millions d’Euros de chiffre d’affaire, plusieurs millions d’Euros de résultat ? Ce sont elles qui m’intéressent, parce qu’elles sont le principal vecteur de création de richesse pour le pays. Le capital est souvent éclaté entre les différents membres d’une famille qui s’est élargie au fil des ans. Un groupe familial peut détenir 25% du capital, on peut aussi avoir recours à des holdings, mais on parle déjà de montages fiscaux complexes.

            Globalement la question qui se pose à chaque échéance fiscale c’est : comment payer l’ISF ? Par les dividendes que verse l’entreprise au titre du capital détenu. Et si l’entreprise traverse une période difficile et ne peut pas verser de dividende ? Et bien elle le fera quand même. Elle prendra sur ses fonds propres, elle s’endettera parfois, et se fragilisera davantage encore. Les actionnaires sont pris au piège, car vendre une partie de leurs titres peut être encore plus complexe et dangereux : il faut trouver un investisseur, lui ouvrir grand les livres de comptes, rompre la confidentialité de l’affaire. Et puis le plus souvent il n’y a tout simplement personne qui soit disposé à reprendre une part minoritaire d’une entreprise en difficulté sur la marche de laquelle il n’aura aucun contrôle.

            Même casse-tête sur les postes de direction « avec une rémunération qui soit compatible avec la fonction exigée ». Il ne suffit pas de créer un poste fictif (ce qui est déjà constitutif d’un délit pénal), il faut largement le rémunérer, et donc on est parfois quasi contraint par l’ISF de placer la famille aux postes de direction alors qu’elle n’en a pas toujours ni l’envie ni la compétence.

            Manque de compétences et de fonds propres

            C’est peut-être une coïncidence, mais je viens de décrire là les deux faiblesses principales des entreprises françaises : manque de fonds propres et déficit de qualité du management. Manque de fonds propres qui revient dans toutes les études depuis 10 ans, fragilise évidemment la croissance, l’investissement, freine l’appétit pour le risque. Vous tirez le fil de cette pelote là, et vous comprenez pourquoi l’industrie française est par exemple deux fois moins robotisée que l’industrie italienne.

            Le déficit au niveau du management est beaucoup plus compliqué à quantifier. Où en trouver les stigmates ? Dans notre déficit à l’export ? Dans le mauvais positionnement commercial de beaucoup de nos produits ? En tout cas les organisations patronales ne le cachent plus, et Thibault Lanxade, quand il exerçait les fonctions de vice-président du MEDEF pour les TPE-PME le disait haut et fort. Il faut ajouter tout ce qui se joue au moment de la transmission, ou d’opérations de fusion acquisition. Les pactes fiscaux à monter sont d’une telle complexité qu’ils en ont fait reculer plus d’un (là encore, comment le mesurer, je n’ai que des témoignages individuels).

            Car il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas forcément d’échapper à l’impôt, juste de trouver les moyens de le payer. Et là, voilà le troisième des handicaps majeurs de nos entreprises : leur taille. 20.000 entreprises de plus 60 salariés. Une misère. Or la taille c’est la clé de la solidité, de la R&D, de la prospection commerciale, de l’export etc… etc… On évoque régulièrement les effets de seuils pour parler de ce déficit de croissance, on devrait peut-être aller regarder du côté de l’ISF.

            Est-ce qu’on peut au moins admettre que c’est troublant. Vous décortiquez sommairement le mécanisme de l’ISF et vous réalisez qu’il est directement corrélé à trois défauts structurels : fonds propres, management, taille. Et bien ça ne trouble personne, parce que personne n’en parle. On est dans le monde du non coté, les entreprises concernées ne transmettent leurs chiffres qu’au fisc, et ces chiffres-là ne sont transmis à personne d’autre. On parle de la vraie vie, pas des milliardaires fantasmés avec haut-de-forme et gros cigares. On parle de ces entreprises où le patron se verse en moyenne 6700€ de revenus (chiffres CPME), on parle de cette France entrepreneuriale que les discours contre les « patrons » ignorent totalement.

            Combien l’ISF a-t-il tué d’entreprises ? Personne n’en sait rien, on peut juste avancer une conviction : il est en partie responsable de la crise politique que l’on traverse aujourd’hui. Car ce terreau d’entreprises familiales irrigue les « territoires » justement, et c’est là que les bourrasques des crises ont emporté petit à petit des entreprises trop fragiles, ont créé des déserts d’emplois et obligent ceux qui se retrouvent piégés dans une maison achetée à crédit à rouler des dizaines de kilomètres pour travailler.

            On nous dit que la suppression de l’ISF va « coûter » 5 milliards d’euros, on devrait plutôt dire que son maintien ou son retour nous coûterait bien plus cher.

            • Oui, voilà tout à fait un article partisan d’un auteur qui ne maitrise pas le sujet.

              En effet, il est à rappeler, que les biens professionnels n’ont jamais été concernés par l’entreprise. Une évidance ! Cela signifie simplement que les chefs d’entreprise n’était pas taxés à l’ISF sur la valeur de leur entreprise. JAMAIS ! Ce n’est donc pas un impôt qui empêche la création d’entreprise.

              Ensuite, pour les actionnaires minoritaires, il existait un mécanisme de pacte d’actionnaire, pacte dutreil, qui réduisait de 75% le montant taxable à l’ISF dès lors que les actionnaires minoritaires s’engageaient à conserver leurs titres pendant une durée de 4 ans.

              Même les salariés actionnaires étaient exonérés sur la valeur des titres d’entreprise dans les PEE.

              … Tout ça pour essayer de vous convaincre que le mouvement ne devait pas être massif !

              • Non le problème ne se situe pas là. Il se situe dans l’investissement. Si je me paye en dividende et que je dois payer l’ISF combien dois-je me verser de dividendes supplémentaires? C’est de l’argent qui aurait pu rester dans l’entreprise pour ses investissements futures.

              • Pour bénéficier de la qualification de bien professionnel il y a des conditions. Si ces conditions n’étaient pas remplies vous pouviez payer de l’ISF.

          • Fredy Gosse says:

            si ,moi ….. même si ….je suis tout seul… l’impôt sur la fortune est un non sens qui fait fuir les riches ( si si il yen a a encore plus en suisse) et bêtement je pense que les riches il faut les faire venir pas les faire partir
            Avec ce genre d’article Guillaume s’il y avait des candidats au retour et avec nos gilets Jaunes c’est oubliez nous… et pour la classe moyenne supérieure c’est ou vais je aller poser mes valises ailleurs.. c’est fou le marxisme latent

            je dois êtreun martien

      • Guillaume
        parce que vous savez prouver le contraire… avec a peine un an de recul. L’investissement dans les entreprises a fortement progressé, la France est devenu un des pays les plus attractifs du monde…attendez un peu pour avoir les effets. Quant à l’IFI, pourquoi doit on payer 2500€ d’Ifi à 1300001€ de patrimoine immobilier et 0 avec 2€ de moins ? si on avait une telle logique pour l’IR ce serait la révolution. Plurquoi ne pas appliquer cet impôt à tous, progressivement bien sûr, puisqu’il s’agit d’un impôt intelligent. En plus votre activité de conseil exploserait. Qu’en pensez vous ?

      • Et j’attends que vous nous prouviez le contraire à part faire vivre quelques fonctionnaires de gauche en plus !

    • Aux vues de certaines interviews de gilets jaunes, leur situation sociale les range dans la « lower middle class » , qu’ils travaillent et qu’ils s’aperçoivent de deux choses:
      1) leur salaire ne leur permet plus d’econmiser et de vivre aussi bien qu’avant et que s’il leur arrive un problème ils seront dans la panade.
      2) que la classe au-dessous arrive à vivre avec les diverses aides sociales sans avoir à travailler
      Les anglais ont remis tout le monde au travail, au prix d’efforts énormes je le concède, mais les économies sur les prélèvements sociaux ont été également énormes.
      Deux modèles, quel est le meilleur, l’avenir nous le dira.

      • Fredy Gosse says:

        on voit et entend des choses hallucinantes et mensongères
        ainsi cette jeune femme promenant son enfant dans une poussette dans une rue piétonne de province.
        elle gagne 2600 euros /mois en travaillant aux impôts
        elles révoltées de sa situation causée par l’ultra liberalisme
        comme elle a un enfant il y a de fortes chances qu’elle oublie le salaire de son compagnon qui lui a fait un enfant.Dans 90 % des cas le salaire du compagnon ou du mari est supérieur à celui de la femme donc peu près sans se tromper le salaire du couple c’est 6000 euros /mois
        on ne peut pas dire que ce soient des misérables mais Avec un emploi protégé de la mondialisation la dame est mécontente et veut que l’on cesse cet ultra liberalisme en France et faire payer les riches…
        j’espère qu elle se déclare en tant que foyer fiscal..
        Et je ne parle pas des avantages sociaux pour un peu que le mari soit à la SNCF ou à EDF c’est bingo absolu
        salauds de riches

      • Idem pour les Allemands.

  6. Contrairement à ce que pensent trop de français, l’ISF est un impôt imbécile (IMPOT DESTRUCTEUR) qui fait fuir hors de France de grosses fortunes et de nombreux artistes et autres
    Il est idiot de croire que le rétablissement de l’ISF constitue une solution pour contenter les gilets jaunes ou pour améliorer les finances de l’Etat,
    J’ai toujours été contre cet impôt inventé, comme bien d’autres bêtises, par les socialos (MITERRAND etc.) « impôt sur les grosses fortunes »
    La France n’affiche aucune stabilité dans son système fiscal et peut décourager bon nombre de contribuables dont les plus riches que nous aurions intérêt à conserver dans notre France.
    Si nos gouvernants souhaitent faire fuir des capitaux dans des pays voisins comme le Portugal, la Suisse et tous les pays qui refusent d’instaurer cet impôt IMBECILE, qu’ils rétablissent l’ISF !
    Quelques gilets jaunes ont tort de croire que le rétablissement de l’ISF constitue une solution ; ce serait une nette aggravation, une mesure à court terme ne réglant pas les problèmes à résoudre.
    D’ailleurs, comprenez-vous que de grosses fortunes et la plupart des artistes se font domicilier ailleurs qu’en France (HALLIDAY, NOAH, AFFLELOU etc. etc.)

    http://www.lefigaro.fr/impots/2009/03/02/05003-20090302ARTFIG00578-johnny-hallyday-leve-le-voile-sur-ses-impots-.php
    https://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120619trib000704662/noah-ses-impots-et-les-senateurs-roublards.html
    « Si les joueurs de tennis partent s’installer ailleurs, c’est pour éviter une double imposition ». Et de préciser : « on essaye donc de trouver les endroits les plus avantageux, la Floride, Monaco, la Suisse pour optimiser les gains ». Il s’agirait, selon Forget, de payer environ 30% plutôt que 50%. S’agissant des joueurs français, « 6 ou 7 garçons sont à l’étranger, dans leur esprit, ce n’est pas de l’évasion fiscale » souligne-t-il. Ainsi, Monfils, Tsonga, Simon, Gasquet et Benneteau vivent tous en Suisse.
    https://actu.orange.fr/politique/videos/vraies-et-fausses-idees-sur-l-isf-VID0000001quQg.html
    https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/alain-afflelou-l-isf-est-un-impot-destructeur-il-prive-les-gens-d-une-partie-de-leur-travail-985431.html
    http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/avantages-fiscaux-pourquoi-tant-d-artistes-choisissent-de-resider-au-portugal-26-09-2017-7288212.php

    • Impôt sur la fortune n’inclue pas les oeuvres d’art. Donc c’est un impôt opportuniste. Un impôt de copains. C’est comme un impôt sur l’immobilier uniquement ou un impôt sur la couleur des gilets.

    • A propos de la Suisse, l’ISF existe sur tous les biens mais un taux environ 0,6% (varie en fonction des cantons) avec bouclier à 50% approx. Sinon pour les résidents étrangers, limite globale de tous les impôts à 100kFrs avec le forfait.
      Cela étant, le travail est moins taxé et pas d’impôt sur plus-values et TVA à 7,7%. IS à 13% et varie en fonction des cantons et communes.
      Donc vaut mieux avoir de petits revenus en Suisse qu’en France 🙂 et un salaire bas est d’environ 3500 Frs (3000€/mois). Chomage très bas.

    • D’accord sur ce que vous dites. Cependant, je vous rappelle que la Suisse a un impôt sur la fortune, plutôt sur le capital ce qui revient pratiquement au même mais est administré bien plus intelligemment qu’en France, ce qui en fait son acceptabilité.

      http://www.etudes-fiscales-internationales.com/archive/2016/04/06/l-impot-sur-la-fortune-en-suisse-25194.html

  7. Cette annonce discrédite totalement cette équipe de technocrates. Les investisseurs étaient en train de revenir, il vont repartir en courant de ce pays ou on a coupé la tête du roi et ou on est prêt à mettre celle d’un président a au bout d’un pieux;
    il ne faut pas renoncer, il faut seulement remettre en place la possibilité d’investir dans des supports collectant les fonds pour les investir dans des sociétés innovantes en mettant le double de l’IFI.
    Ainsi, on flèchera plus d’un milliard vers les PME PMI . Voilà ce qu’il faut faire pour que les 350 000 petits riches qui sont taxés à l’IFI ne soient plus contre MACRON. Macron et ses équipes se sont mis la FRANCE presque entière à dos.

  8. Il est étrange de voir un conseiller en gestion de patrimoine appeler de ses voeux le rétablissement de l’ISF.
    Rappelons que cet impôt n’existe pas en Europe et que la France est le pays le plus taxé au monde.
    En réalité pour baisser les impôts il faut d’abord réduire la dépense publique. Commençons par supprimer les priviléges de la haute administation Ex budget de L’Elysee :110 M €, budget du governement Merkel : 30 Millions € source revue Capital

    • « Rappelons que cet impôt n’existe pas en Europe et que la France est le pays le plus taxé au monde. »

      Êtes vous bien certain de cette affirmation ? Je vous suggère de prendre le temps de regarder cette vidéo.

      • Effectivement très intéressant et éclairant.
        Quant à Michel, ses idées d’économies doivent être un peu complétées car économiser 80 millions sur le budget de l’Élisée représente environ 0.01% des dépenses budgétées en 2018.

        • oui , mais c’est toujours le pretecte invoqué par tous ceux qui ne veulent pas reduire le traind de l »etat : « economiser 80 millions ne fait que pinuts en pourcentage des depenses » or ,si l’on a la volonté d »economiser sur les innombrables dépenses somptuaires de l’état , il n’y a pas de petites économies; J’ai pris en charge les finances d’un pêtit club sportif, a une certaine periode,ce club , en quasi faillite ne pouvait plus rienj faire car les dirigeants précédents disaient , comme nos ministres boff, une petite depense deplus ce n’est que 2 euros par personnes, d’autres d’affirmer , ho , les gens ne le verront même pas (même dans unpetit club, on les prend pour des cons, comme au niveau de l’état) mais , a force de prendre tous les citoyens de haut, ils se transforment en gilets jaunes ou en bonnet rouge; Tous les évènements actuels ne sont que les conséquences des agissements irresponsables de la classe politique c’est tellement facile de dilapider l’argent des autres, mais quand ça explose, il ne faut pas s’etonner; Et , pou reprendre le filsde cet échange,; l’isf était , l’ifi est un impot débile qui n’aurait jamais du exister si les finances publiques n’avaient pas toujours été conduites par des incapables

      • Perso ça ne m’apprend rien. Comme si l’impôt ne finançait que des prestations sociales, et encore comme si toutes les prestations sociales étaient justifiées ? parce que la fonction publique est un modèle d’efficacité ? parce que les hauts fonctionnaires méritent leurs salaires quand ils ne sont pas affectés ? parce que le mille feuille territorial est exemplaire d’efficacité ? parce qu’il est normal de donner un revenu mini vieilliesse à un étranger qui arrive, à peine inférieur à une petite retraite d’un Français modeste qui a cotisé toute sa vie ? parce que certains dans les HLM neufs profitent d’un confort que d’autres qui gagnent 200€ de plus n’ont pas malgré un loyer de 300€ supérieur….parce que ce qui est gratuit pour les gens n’a aucune valeur, on crache sur notre éducation nationale ..je pourrais en écrire des pages. Il faut un système équilibré et non tout servir sur un plateau

      • Les prélèvements sociaux servent à tout le monde n’est-ce pas?
        Les plus gros contributeurs sont ceux qui perçoivent le plus de revenus également.
        Ma question, lorsque j’entends qu’il s’agit d’un salaire différé c’est cotise t-on pour soi?
        La réponse est oui quand on est salarié. Mais lorsque l’on n’est pas salarié à partir d’un certain niveau de revenu on ne cotise plus pour soi.
        Peut-on alors encore dire qu’il ne s’agit pas d’une taxe? Ou tout du moins peut-on réellement parler de salaire différé dans ces cas de figure?

      • Cette vidéo ne fait que mettre en évidence ce que nous savons déjà, à savoir que le soit disant « pacte sociale » voulu par Miterrand et les socialiste (RMI, chômage des intermittents du spectacle, CMU etc…) pèse très lourd dans les impôts et est dommageable à l’économie française.
        Peut-on parler de pacte lorsque l’exercice consiste simplement à prendre à l’un sans son consentement pour donner à d’autres plus virulents?
        Faut’il continuer dans la même voie en ce qui concerne le chômage ou la France se distingue aussi par sa générosité?
        En définitive, l’important, que vous l’appeliez impôt ou prélèvement sociaux, est le total qui vous est facturé! Et là la France est bien championne du monde!

    • Tout à fait d’accord,
      Commencer par réduire les dépenses somptuaires de l’Etat, son train de vie, ses privilèges,

    • Tout à fait d’accord avec ADRIEN MICHEL,

      Commencer par réduire les dépenses somptuaires de l’Etat, son train de vie, ses privilèges,

    • entierement d’accord, mais , les Allemands ont eu la chance de perdre la guerre, ils ont gagné en humilité et en efficacité économique , se sont retroussé les manches et rigolent bien en voyant les petits Français se battre de jalousie envers leurs concitroyens

      • Et ce sont surtout les réformes Schroder et Hartz entre 2003 et 2005 qui payent aujourd’hui alors qu’à la même époque Chirac n’a pas eu le courage politique de faire ces mêmes réformes, en même temps, il faut le reconnaître, difficiles pour lui après les années de rasage gratuit des années Mittérrant.

        • Sûr que la catastrophe de l’avènement de miterrand en 1981 a mis le pays dans un état que , seule une prise de pouvoir par l’armée et une dictature militaire pourront le remettre sur les rails

          • J’espère que l’on n’en arrivera pas là … quoique ?
            Et qu’une démocratie directe pourrait peut-être remettre un certain nombre de choses en place …. tiens comme remettre/supprimer une forme d’ISF !

            • Comment revenir à l isf un impôt qui a ruiné la France.
              On va bientôt être gouverné par la rue ce qui semble être pour certains plus légitime que le vote des citoyens.
              Isf un impôt dont le barème est figé depuis des années.
              Un seuil de 1300000€ mais un calcul à partir de 800000€ chercher l arnaque.
              Un seuil identique de 1300000€ pour un couple et un célibataire .Il est évident qu en ayant travaillé toute sa vie en couple on a acquis plus de patrimoine .Faut il divorcer arrivé à la retraite pour échapper à cet impôt ?

              • On est d’accord. Mais si un tel impôt devait revenir (et réformé), il serai peut-être mieux accepté et compris s’il était le fruit d’un vote populaire ! Car en amont d’un tel vote les nombreux débats permettraient d’expliquer, évaluer et chiffrer cet impôt même au plus ignares.

                • je pense que l’idée du vote ^populaire en ce qui concerne l’isf ou l’ifi ne serait pas une bonne idée car les idéologies bêtement gauchistes ,en vogue dans ce pays,arriverait au rétablissement de cet impot débile; N’oublions pas le système électorale une personne une voix qui favorise le vote « coup de gueule »ou le dernier « méchanchon »venu serait suivi , des lors qu’il gueule plus fort que les autres; L’idée du vote populaire serait peut etre valable si le droit de vote était réservé aux seuls citoyens payant des impots et , interdit a tous ceux qui vivent de l’état « nounou »

                  • Peut-être suis-je un peu naïf mais :
                    Une mauvaise idée ? Pas forcément car la « psychologie » de raisonnement et de comportement d’un électeur devant un vote pour une idée est différente de celle quand il s’agit de voter pour un homme.
                    Combien de personnes votent pour un homme sans connaître son programme ou alors succinctement sur le fait simple qu’il a une « gueule sympa » ou parle bien à la télé (Ex Merluchon), un bon tribun en quelque sorte et combien s’abstiennent car aucun ne correspond à leurS idéeS ou de la façon dont devrait être dirigé le pays, la région, … Combien aussi regrettent après coup d’avoir voté pour un Sarko l’excité, un Hollande le mou ou un Macron Jupitérien ?
                    Beaucoup, je pense, même une majorité. Ces derniers se disent souvent que l’on ne les y reprendra plus, d’autant plus après 3 échecs consécutifs. Ils en viennent donc à ne plus faire confiance à ce système pseudo démocratique et l’abstention monte régulièrement.
                    En démocratie directe, sur la question posée, la personne qui vote (et pas trop idiote) soit se fie à un groupe de son entourage car pas assez de connaissance pour juger, soit va essayer de comprendre, de s’informer sur les tenants et aboutissants du oui et du non à la question posée. (si tant est qu’elle est bien posée). Il engage sa propre responsabilité dans un état d’esprit de choix libre. C’est à partir de cette responsabilité qu’ils sont plus nombreux à aller voter (*).
                    Dans le cas qui nous concerne, pour ou contre l’ISF, je pense que les gens qui seraient amenés à voter iront s’interroger sur les « retours » gagnant de cet impôts, sur son bilan et donc son utilité (à quoi bon voter pour un impôt qui coûte plus qu’il ne rapporte et ne se limiteront pas à vociférer contre les « riches » et un un impôt qualifié systématiquement de juste par les populistes.
                    Par exemple, il y a quelques années les Suisses ont été amenés à voter pour une hausse d’impôts. Pendant des semaines au préalable du vote les acteurs (politiques locaux, médias, débats,…) ont expliqué aux électeurs le pourquoi, le combien et le comment de cette augmentation et … bizarrement pour un Français, la majorité a voté pour !

                    Par ailleurs, voter pour ou contre l’ISF, mobiliserait de façon plus importante les tenants du non (par intérêt direct), somme toutes assez nombreux au vu des réactions de ce blog.
                    Et aussi, si cette consultation n’a pas lieu, il est quasiment sûr que sur ce quinquennat sinon sur le prochain, l’ISF reviendra. Alors que sur une consultation populaire le sort de l’ISF serai réglé pour un bon nombre d’années, pour le bien de la stabilité fiscale observée à la loupe par les potentiels investisseurs étrangers.

                    (*) – plus de 81% de participation sur le référendum de 2018 sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie,
                    – 70% de participation au traité de Lisbonne.

  9. suite :
    Budget du parlement 1 Milliards € soit plus de 1 Mlliions € par an pour 925 parlementaires; source: loi de Finances 2017
    Utilité des Conseil economique et social national et regionaux (15)?
    250 ambassadeurs?
    600 000 élus contre 50 000 en Grande Bretagne
    Subventions énormes à des eoliennes qui tournent un jour sur 4 ou 5

    • De grâce n’essayez pas de lister ce qui ne va pas en france, lister ce qui est positif ne prendra que quelques lignes.
      .

  10. M Fonteneau nous propose les analyses d’Olivier PASSET. Cet « expert » qui défend l’économie administrée sur les radios a fait toute sa carriere dans des organismes d’etat et notamment à L ‘OFCE, organisme semi public (groupe Sciences Po) bénéficiant de 20 Millions de subventions par an, et qui défend le socialisme d’état à la Francaise dont il est directement bénéficiaire . Charité bien ordonnée commence par soi-même ?

  11. La bonne méthode d’évaluation est d’interroger les ISF qui sont partis de France, la DGFiP connait leurs noms et leur adresse fiscale, pour ma part j’avais quitté la France à cause de cet impôt. Vous voyez c’est facile

    • Combien d’ISF payiez vous à l’époque ? Bref, pour combien êtes vous partis ?

      • Il y a plus de 25 ans, je ne me souviens pas et les documents ne m’ont pas suivi à l’étranger. Mon patrimoine était supérieur à 8 millions d’euros lors de mon départ. Et alors ? Vous ne m’avez pas demandé combien m’avait coûté mon départ de France, car je vous ai annoncé le patrimoine net fiscal et social, vous avez du mal avec le capital comme beaucoup de gens, car il faut l’accumuler dans le temps et s’en occuper, ce n’est pas une sinécure comme semble le penser beaucoup. Car on doit vivre des revenus (non garantis ni indexés donc totalement aléatoires) de son capital après toutes les charges d’état, faites donc un calcul pour apprécier la pression fiscale et le reste à consommer, vous serez surpris que cela porte le nom d’ESCLAVAGE

  12. Guillaume,
    Vous dites que les gens ne se plaignent pas de l’IFI. C’est normale vu le nombre concerné. De plus contrairement à l’ISF on peut l’eviter Facilement en vendant quelques biens et en realouant la somme obtenue dans d’autres actifs types financiers(sauf si votre résidence principale ou secondaire se trouve dans le 7eme arrondissement de Paris ou à l’ile De Re bien sûr).
    De plus si vous vous plaignez il vaut mieux le faire auprès d’un entourage compréhensible car la majorité des gens ne comprennent rien (les coûts et le travail que ça implique) et vous traite de sale riche car pour eux c’est concret et visible.
    Il fut une époque où on pouvait s’enrichir sans honte, au contraire, depuis les années 80 il faut se cacher: déplorable.

    • c’est parfaitement exact.
      Exemple, en vacances en France cet été sur la Côte d’Azur, où le nombre de véhicules d’un certain prix est plutôt très répandu au m², j’étais donc avec mon cabriolet Carrera tout neuf, je me suis fait injurié tous les jours de connard et retourne dans ton pays etc. La France terre d’accueil est-ce bien certain ?

  13. julien bonnetouche says:

    Guillaume,
    Franchement, un CGP favorable à l’ISF , comme on dit dans le midi, « ça marque mal »!
    Vous voyez, c’est un peu comme un notaire communiste !! ce serait perturbant !
    Mais moi je sais bien que ce n’est que pour faire « causer »… et ça marche.

    •  » pour faire « causer »… et ça marche. »
      Bien Julien, j’avais compris aussi cela … mais c’est son buzz et + de buzz= plus de pub…. Bientôt fort de cela, il paiera l’ISF et là il changera d’avis 🙂 🙂

      Nb: je ne suis pas assujetti à l’ISF mais suis réfractaire à son rétablissemnt

  14. Eh oui, ça cause et ça monte dans les référencements…

    Désolé Guillaume, mais se contenter des statistiques du ministère pour savoir combien sont partis hors de France, ça fait bien rigoler.
    L’ISF /IFI est une ânerie de pseudo socialo (Mitterand) repris et « amélioré » comme une antienne infernale par la plupart des successeurs
    Un pipeline de plus pour nourrir la Bête folle
    Rencontrez ceux partis qui n’ont rien dit, (et pour cause, ras le bal du flicage fiscal) et vous verrez là que c’est loin d’être une légende urbaine, c’est même tragique, en dehors des effets d’annonce des footeux et autres.

    Trop d’impôts ? trop de taxes oui, mais le jeu reste sémantique.

  15. Je lis régulièrement le blog et là je suis atterré par un tel article !

    Je fais partie de ces salauds de riches qui paient l’ISF après avoir créé et revendu une petite société il ya quelques années mais en ayant toujours eu des revenus salariés limités car j’ai toujours choisi d’investir dans des sociétés ou de chercher un intéressement au capital plutôt que de mieux me rémunérer (normal quand c’est sa société) ou demander un meilleur salaire. Cela me paraissait plus intéressant pour tout le monde.

    Cet impôt imbécile que je payais (et continue à payer avec l’IFI) après pourtant avoir été taxé sur mes revenus du travail et mes plus values de revente m’a conduit à devoir régulièrement liquider des investissements pour pouvoir le financer (je ne gagne pas assez pour financer mon train de vie (qui n’est pas extravagant) et les différentes taxes impôts (ISF, CSG, taxes habitation et foncière…))

    J’ai été tellement dégouté par cela que cela m’avait conduit ces dernières années, je le reconnais, à vouloir commencer à « profiter du système » comme tout le monde (chômage durée maximum après avoir dû quitter un dernier job salarié, arrêt de mes investissements et j’ai même cherché à éviter toute nouvelle responsabilité avec des salariés en nombre à gérer car il y avait toujours des histoires et des chantages avec des salariés aux profils plutôt haut de gamme (alors que tout se passait bien avec les salariés plus modestes).

    Avec Macron j’ai cru que les choses allaient changer et je me suis dit que c’était peut-être l’occasion de repartir sur un nouveau projet entrepreneurial et j’ai décidé de racheter une petite PME (1 millions d’euros de CA) à un entrepreneur partant à la retraite pour la développer.
    Je ne vous cache pas que les récents discours démagogiques des politiques sur les impôts qui sont complètement hors sols par rapport aux réalités économiques m’ont fait l’effet d’une douche froide et auront des conséquences sur mes efforts de développements et d’embauches de nouveaux salariés. Je reconnais avoir été naïf, on ne m’y reprendra pas une nouvelle fois.

    • Exemple réaliste, dépourvu de toute démagogie et dogmatisme !
      A enseigné dans toutes les écoles d’économie et « d’impôtomie »

    • Bonjour,

      Pourriez vous préciser quelle phrase de mon article vous fait bondir de la sorte ?

      Je n’ai jamais dit que l’ISF était un bon impôt et qu’il fallait de rétablir. J’exprime seulement l’idée selon laquelle les arguments avancés pour sa suppression était très largement fantasmés ! Nous sommes tombés dans un dogme pour seulement 4 milliards d’euros de recette.

      • Les arguments avancés ne sont pas fantasmés et conduisent à des situations au contraire ubuesques et des réactions psychlogiques dramatiques pour la création de valeur pour le pays dans son ensemble.

        Si vous voulez taxez les riches, augmentez l’IR car il y a des revenus en face, annulez l’exonération de la Taxe d’Habitation pour les 20% les plus riches (cela rapportera 9 milliards), mettez une dose de proportionnel dans la CSG.

        Ou encore simplifiez toute la lourdeur administrative de fonctionnement des sociétés (cout estimé à 60 milliards pour toutes les entreprises françaises contre 45 en Alemagne alors qu’il ya plus d’entrepises (source BFMbusines ce matin) et supprimez tous ces impôts stupides liés à la production que les sociétés doivent payer même si elles font des pertes et ensuite enlevez en échange une partie des aides si vous le souhaitez.

        Dans tous les cas le rétablissement d’impôts types ISF ou taxe à 75% Hollande ne changera absolument rien à la situation des gillets jaunes, permettra à nos politiques de s’en tirer facilement sans traiter les vrais sujets en prétendant avoir écouté le peuple et taxé les salauds de riches tout en préservant leurs avantages. On se retrouvera dans la même situation qu’aujourdhui dans 3 ans en ayant définitivement dégouté les entrepeneurs.

        Mais là nous n’aurons plus comme choix que Le Pen et Mélanchon et effectivement je conseille alors de remettre en place trsè vite l’Exit Tax..

  16. Nous sommes les seuls à avoir conservé l’ISF ou IFI comme vous voulez. Nôtre pays de jaloux et de gauchiste ne se pose pas la question pourquoi les autres pays l’ont aboli. En attendant les grosses fortunes, les sportifs et les artistes sont hors de chez nous, dépensent et payent des impôts ailleurs.
    De plus depuis des années petits et gros retraités s’installent au Maroc , Portugal Espagne, etc…
    On préfère voir des Français partir (en cause, la haine du soit disant riche ) et faire venir des gens nous piller les caisses. On dégoute les gens qui se lévent le matin pour ensuite payer l’impôt et nourrir les profiteurs du système.
    Plus on appauvri le peuple en faisant fuir les créateur de richesse plus il y aura de pauvres,

  17. En matière de Fakenews, je trouve que vous vous défendez bien !
    Sans doute êtes vous encore trop jeune pour faire partie des gens qui côtoies des assujettis à l’ISF, ce n’est malheureusement pas mon cas !
    Et je peux vous affirmer que je connais de nombreuses personnes qui ont quitté la France à cause de l’ISF et autres impôts et taxes confiscatoires !
    Ce ne sont pas tous des Bernard Arnaud, loin de là. Ils ont en général un patrimoine compris entre 1 et 10million d’Euros gagné honnêtement par leur travail (70heures par semaines !) de cadre supérieur ou de professions libérales.
    Immédiatement après l’élection de Mr Hollande, pratiquement un appartement sur deux de plus d’un million d’Euros qui se vendait sur Paris et la région parisienne était le fait d’exilés fiscaux !
    J’en ai été le témoin.
    Avec la suppression de l’ISF, aucun n’est revenu par manque de confiance dans la capacité de la France à tenir ses promesses fiscales….
    C’était prévisible mais l’intérêt de la suppression n’est pas là, il réside dans le fait d’éviter les départs futurs et de rendre la France attractive aux « premiers de cordées » car, qu’on le veuille ou non, ce sont eux qui sont à l’origine de la richesse d’un pays, pas les gilets jaunes !
    Le fait d’avoir maintenu l’IFI est d’ailleurs une aberration car elle maintenait le principe même de l’ISF en vigueur et la méfiance des investisseurs.
    Revenir à l’ISF serait donc un désastre pour l’avenir de la France.
    J’ajouterai qu’en supprimant l’ISF on ne fait aucun cadeau aux riches, on revient simplement à une véritable justice fiscale qui ne peut trouver sa source dans la spoliation.

    • Si nous avions élu Juppé, tout aurait été différent. Nous avons loupé le coche.

      • Parce que en 1995, il a écouté le peuple le Juppé ???
        Et, lui aussi il a pioché dans la caisse même si bla, bla, bla ….

      • Fredy Gosse says:

        Juope ? Le roi Vert de ela Droite qui a fait de Bordeaux une ville verte ( propagande officielle) MAIS qui s’enorgueillit aussi j’allais dire et en même temps d’accueillir d plus en plus de bateaux de croisières qui polluent comme des milliers de voitures lo

  18. ragey alain says:

    l’ISF : les pour s’en servent comme un alibi : vous êtes pauvres et on ne sait rien faire pour vous faire sortir de votre état et voyiez les « riches » on s’en occupe. Riches : il y a les très riches qui ne sont pas vraiment touchés et les autres moyens riches beaucoup plus touchés : de plus en période de quasi récession un taux de 1% fait plus mal que lors d’une période d’inflation à 14% et on peut dire que dans ce cas l’ISF était devenu confiscatoire malgré les faibles et donc mauvais aménagements de plafonnements. Les contre : les fortunes s’en vont et c’est de l’investissement en moins chez nous, des emplois en moins etc… Cela a été constaté et certains ont fait l’addition vertigineuse de ce que cela a coûté depuis 1981. Peu importe il faut des boucs émissaires des victimes expiatoires pour faire passer et oublier des politiques hasardeuses depuis des décennies qui nous ont conduits où nous sommes.
    Mais certains sont prêts à rejouer cette carte et ils sont de tous bords . Laisser l’imposition sur la fortune immobilière déjà imposée pour ses revenus sans flat taxe est une bêtise . Elle taxe beaucoup de moyens épargnants disons « moyens riches » facilement taxables et qui ne peuvent se payer des portefeuilles d’actions.Et comme on ne construit pas assez de logements privés et que les pouvoirs publics n’ont pas les moyens d’en construire c’est une mauvaise chose. Cet impôt est un épouvantail et il a la valeur d’une punition et non pas d’une contribution.C’est pour celà qu’il est mauvais.Toute politique fiscale qui stigmatise tel ou tel de façon vexatoire n’a pas lieu d’être. En vérité en matière d’imposition sur le capital ( il y a déjà les droits de mutation entre vifs ou par décès) et sur les revenus et sur les autres impositions indirectes, il y a besoin de stabilité sur la méthode et inscrire des règles sur ces sujets dans la constitution ne serait pas inutile lorsque la sérénité sera revenue. Car ce qui compte c’est l’état d’esprit et la règle du jeu claire et stable pour les acteurs à l’intérieur et les partenaires extérieurs (mondialisation)Sinon comment voulez vous travailler sereinement ?
    Il y aurait beaucoup à dire dans le domaine de la fiscalité .La règle de recourir à des bases taxables larges et des taux faibles éviterait beaucoup d’aspérités inutiles qu’il faut compenser aussitôt par des exonérations d’assiettes ou autres ( niches) Prenons les plus values immobilières : Vous vendez un bien : Votre acquéreur paie un droit de mutation et vous peut être une plus value avec des calculs compliqués qui vous font parfois hésiter de vendre et empêche un grande fluidité du marché. Réglons le problème et décidons d’un taux d’impôts assis sur le prix de vente due par le vendeur dans tous les cas et sans exonération comme pour l’acquéreur . Donc partout des taux faibles sur des bases larges et tout est clair.
    Revenons à l’ISF : il est sera toujours impossible de bien quantifier les avantages que sa suppression partielle à donnés et presque 40 ans après on a pu estimer qu’il n’a pas été concluant et qu’il a fait plus de mal que de bien et que certains n’ont pas hésité à se réfugier parce qu’ils en avaient les moyens dans des endroits nombreux où il avait disparu. L’effet positif de la suppression est effectivement difficile a quantifier. On peut au moins espérer si l’on tient une comptabilité d’épicier que l’Etat a récupéré 20% en TVA de l’impôt non perçu. Mais dans tous les cas il n’y a jamais rien de donnant donnant. C’est une illusion pernicieuse et dévoyée de le croire, ENCORE PLUS DE LE FAIRE CROIRE.Donc pas de DOGME.De la SIMPLICITE.

  19. Pour parler peu et juste, l’exemple doit partir d’en haut, le train de vie de l’état ne correspond plus depuis bien longtemps à nôtre économie et des coupures drastiques sont à faire à tous les niveaux.
    La réforme des retraites n’est toujours pas aboutie, un recentrage des caisses et des distributions de celles-ci n’est pas venu. Les politiques quels que soit les gouvernants sur ces sujets sont sourds à nos aspirations, et cela demande une véritable mise à plat, refonte et redistribution plus équitable des retraites. Chaque fois que l’on vas voter on aspire à ces réformes et chaque fois on replonge car les politiques nous manipulent tellement.
    Assujetti à L’ISF depuis 20 ans depuis ma retraite de la MSA, j’ai été obligé de désinvestir chaque année pour avoir un revenu descent. Comme moi vous savez trés bien que les placements ne rapportent plus rien, donc on mange ce que l’on à gagné toute une vie durant pour vivre.
    Donc merci à cet impôt, et l’on voit bien que dans des cas similaires au mien ce ne sont pas que des riches ou fortunés qui trinquent. Continuer de décourager les gens qui travaillent et bâtissent un avenir pour eux et leurs enfants n’arrangera pas la situation.
    Alors « MERDE » à toutes ces politiques d’accueil, à la démocratie, à la mondialisation, à cette armée d’élus, aux feignants, aux casseurs, voyous et à tout ceux qui nous pompent sans scrupule .

  20. Guillaume, je ne comprends pas votre discours :
    Vous militez pour le rétablissement de l’ISF qui est un impôt juste car payé par une petite frange des français dont personne ne se soucie ? Ou vous dites que l’ISF ne sera jamais rétabli ?
    Quoi qu’il en soit, le discours de seulement pouvoir rétablir l’ISF va sérieusement démotiver tous ceux qui était prêts à revenir. Pour eux c’est adieu la France et son instabilité fiscale, d’autres pays sont prêts à les payer pour les faire venir. Pour nous c’est adieu le chomage en moins et l’économie qui va mieux. On vient de louper tous ceux qui devaient choisir la France après le brexit.
    Mon avis personnel sur l’ISF : il doit être payé dès 1.300.000 €, soit 2 T2 de qualité sur Paris. Donc un propriétaire sur Paris qui loue un 2ème appart serait un vicieux riche .. Pauvre France.
    Maintenant le rapport entre l’ISF et les entreprises (je ne suis pas certain car n’ayant pas d’entreprise donc à vérifier) : un propriétaire de grande ou moyenne entreprise qui détient plus de 50 % des parts ne paiera pas l’ISF car c’est son outil de travail. Ses enfants font généralement des professions qui n’ont rien à voir avec l’entreprise et touche 25 % des parts chacun à la retraite du père. Et eux, ils vont payer l’ISF, soit 1 à 1,50 % du montant de leur parts même si elles ne leur rapporte rien.
    A votre avis, le père qui n’est pas vraiment un imbécile, est-ce qu’il ne va pas chercher à protéger sa famille en déménageant son usine ?
    Et voila pourquoi toutes les grosses et moyennes entreprises partent : parce qu’un entrepreneur qui a su monter une bonne entreprise n’est pas un idiot. En France, il y avait l’ISF et on vient de lui faire comprendre qu’il peut être remis à tout moment si la rue le réclame.

  21. Merci Michel 2

    Vous savez 10 ans de bon encore à vivre et la France me suivra dans la tombe, je pleure déjà pour mes enfants et petits enfants.
    Quand j’ai pris ma vie en main et cela très jeune à 17 ans, avec passion et envie je ne pensé pas voir la dégringolade du pays un jour. Nos ancêtre sont mort pour nous tous, et nos politiques vendent cette terre farouchement conservé qu’ils nous ont transmise. Honte à eux, il faut dire que nombre d’entre eux ne portent pas ………., donc à partir de là est-ce l’amour de l’emploi qui l’emporte, ou celui de la solde plutôt.

  22. Bonsoir, votre article a été rédigé à la va-vite. Vous auriez dû le relire et rendre les phrases plus intelligibles.

    Pour en revenir à l’ISF, sa seule vertu est celle d’être un impôt expiatoire. Mais en réalité il taxe essentiellement les économies et le logement.

    Les gros patrimoines disposent de suffisamment de moyens pour s’entourer des meilleurs fiscalistes et y échapper.

    Si cela ne suffit pas, ils quittent la France pour la Belgique, le Luxembourg, la Suisse et autres pays où l’ISF n’existe pas.

    Son calcul est particulièrement injuste puisque le seuil d’entrée est le même pour les couples et pour les célibataires. Par conséquent, chaque conjoint est taxé sur un patrimoine qu’il ne possède pas.

    L’ISF est la version moderne des  » bourgeois de Calais « .

  23. Cher Guillaume
    S il est établi
    I
    C est un participe passé employé avec l auxiliaire être
    Par contre
    En 2002, Il établit un rapport…
    Passé simple
    🤗

  24. julien bonnetouche says:

    Comme prévu les choses s’aggravent.
    Après être resté sans rien faire pendant 3 semaines les mesures trop tardives proposées par le gouvernement sont insuffisantes, et les GJ en veulent plus.
    Mais là encore le gouvernement ne semble pas prendre la mesure de ce qui s’annonce :
    vous avez entendu comme moi un gilet jaune dire qu’ils comptent entrer dans l’Élysée ; pourquoi faire ? peut être sortir de là avec la tête de Macron sur une pique.
    Car il y a des révolutionnaires parmi eux. et leur objectif est de renverser non seulement le gouvernement et le président, mais encore le régime.
    Les français pour l’instant, soutiennent encore largement le mouvement.
    La seule solution que Macron a devant lui est de tenter de renverser le soutien populaire en laissant les violences se développer à un niveau tel que l’opinion soit prête soit à l’utilisation de l’article 16 soit à une dissolution.
    Il faut pour cela que le peuple ait peur. il devra y avoir des morts en plus grand nombre, de préférence du fait des casseurs.
    Mais il se peut aussi que l’on ait un coup d’État puisque nous sommes gouvernés par une équipe de bras cassés. Heureusement les institutions de la 5eme nous en protègent relativement bien.

    • Je disais il y a quelques jours à quelqu’un qui comparait la colère des GJ à mai 68 :
      « Ce ne sera pas mai 68 tant que les étudiants seront à l’écart du mouvement »

      Ça y est depuis 3 jours avec un mouvement lycéen qui s’amplifie exponentiellement!
      Il y avait donc mai 68, il y aura 50 ans après Décembre 2018. Macron rentre dans l’Histoire.

  25. Dans un sondage hier, 86% des français souhaitent la réintroduction de l’ISF.

    • C’est encourageant!
      Cela prouve qu’il y a encore au moins 13% (en excluant le 1% directement concerné) de Français capable de raisonner intelligemment !

    • Guillaume
      la question posée ainsi est stupide vous le savez bien. Quand il s’agit de faire payer un autre, les gens sont tous d’accord. Il eut été bien plus interessant de leur demander au dessus de quel montant l’ISF doit s’appliquer. La réponse irait probablement dans le sens d’un elargissement de la fourchette….demandez à un gilet jaune qui n’a plus rien à manger le 15 du mois, qui est considéré comme riche et vous verrez….certains gilets jaunes qui se paient des montures de lunettes à 500€ sans les verres seront surpris d’en faire partie

    • On dirait une liste au père noël.

    • Quelle inculture économique émerge de ce sondage!

      Les Français veulent beaucoup de choses et cela semble compréhensible à priori lorsque le dédain et l’incompréhension des politiques gouvernants sont à un telle niveau. Leur colère s’exprime via les gilets jaunes, colère largement entretenue par les partis d’opposition qui « cherchent une revanche » à l’hold up de Macron aux élections de 2017.

      Mais en réalité, les manifestants font dans l’émotionnel et chacun d’entre nous, avons remarqué cet espèce de flou exprimé ça et là et plus grave une méconnaissance totale de la réalité du fonctionnement et de la situation budgétaire et économique française.

      Rappelons quelques faits incontestables:
      – une dette de plus de 2300 Mds d’€, représentant quasiment 100% du PIB,
      – un budget de l’état en déficit de 80 Mds €, représentant plus de 26% (dépenses sur recettes) et non pas 2,8% (du PIB) comme beaucoup de personnes le croient,
      – un chômage de 10% de la population active. Ce chiffre n’intègre pas les non inscrits, les personnes sans logements, …. et il est plus probable que 6 à 8 millions de Français en âge de travailler n’ont pas de revenus de leur travail et 10 millions si l’on intègre ceux qui ont un job précaire,
      – une dépense publique la plus élevée au monde et qui ne cesse de croître avec un nombre fonctionnaire dans la même logique,
      – une monnaie « factice », disons une fausse monnaie dénaturée par les folies de la BCE, non représentative de notre économie réelle,
      – des bulles un peu partout avec en premier celle de l’immobilier notamment dans les grandes villes,
      – une COMPÉTITIVITÉ aux ras des pâquerettes, probablement le premier des maux de notre pays,
      – un système politique devenu inadapté, non représentatif des courants de pensée de la population au point d’amener des personnes au pouvoir avec seulement 24% des voies,
      – un impôt dit sur la fortune, où il n’est vu que le côté « injustice » sans se soucier d’étudier/ comprendre s’il est plus rentable de ne pas le faire payer aux personnes concernées,
      – et j’en passe et des meilleurs ….

      Alors oui, on peut toujours demander plus de tout sans comprendre mais s’il n’est pas fait au préalable les réformes nécessaires, les plus importantes étant à mon avis retrouver notre liberté, la baisse des dépenses publiques et l’amélioration de la compétitivité, le pays France va inexorablement vers la FAILLITE ou le CHAOS !

    • On est toujours favorable à une taxe quand on ne la paie pas.Un sondage qui n a aucune valeur.

  26. julien bonnetouche says:

    ET tout gratuit , ils n’ont pas demandé ?
    Quand on pose des questions cons il n’est pas anormal que les réponses le soient aussi !!

  27. Il y a 40 ans l’Espagne votait sa constitution. Actuellement, un débat dans le calme se joue de l’autre côté des Pyrenees pour son toilettage car les temps ont changé.
    Chez nous, j’ai l’impression, mais espère me tromper, que toucher notre constitution figée depuis 60 ans serait un sacrilège. Après que l’on ne s’étonne pas de préparer le lit de rebelles, de violences ou de réactions populaires divergentes.

    • Une constitution n’est pas faite pour être modifiée constamment. Elle est la matrice de la société dans laquelle nous vivons.

      Qu’elle soit figée depuis 60 ans ne pose aucun problème.

      • Certes mais elle doit s’adapter ! A titre d’exemples, les personnes qui ont écrit la constitution n’avaient aucune idée de ce que pouvaient être le numérique, le commerce électronique, daesh, l’immigration massive, ….

        • La loi suffit à régler ces questions.

          • Sauf que par exemple, la loi est « subtilisée » par des groupes minoritaires élus à la dite majorité (à 2 tours) non représentatives de la population et de son mal être. Donc il faut modifier la constitution pour pouvoir changer la loi (dans ce cas).

            • Je vais relire la constitution mais il me semble qu’elle institue uniquement le suffrage universel et que les autres modalités de l’élection sont édictées par le code électoral.

            • Oui voilà, il faut modifier le code électoral pour savoir comment compter les voix. J’imagine que vous faisiez référence au vote blanc.

              • Oui, vote blanc ou pas de vote du tout du fait que le vote blanc n’est pas reconnu et le système à 2 tours qui peut amener un minoritaire(*) (du premier tour) au pouvoir.

                (*) pour le cas Macron, ce ne sont que les 24% du premier tour qui l’ont amenés au pouvoir puisque au 2ème tour les électeurs vous disent quasiment tous « avoir choisi entre la peste et le choléra »

                • Donc vous souhaitez un suffrage universel indirect? Là il faut effectivement modifier la constitution.
                  Je pense que ce serait plus représentatif aussi avec une sorte de primaire qui servirait à désigner un candidat dans chaque camp.
                  Quelque part c’est ce qui a été tenté en 2016.
                  Nous aurions donc deux grands partis. Comme aux États-Unis. Question : qui voudra des extrêmes? La liberté d’expression n’est pas tout à fait pareille chez nous.

                  • Non surtout pas ! Pour amener des Trump au pouvoir !
                    Je veux une Démocratie Directe sur un modèle pas forcément identique mais dans l’esprit de celui de la Suisse. En fait je souhaite une VRAIE démocratie et pas un pseudo-démocratie comme on la vit aujourd’hui ! En même temps c’est un peu ce que demande certains GJ sans l’exprimer comme cela (assemblée citoyenne, référendums, rejet des politiques et syndicats, …)

      • Entre une adaptation et une modification constante, il y a de la marge ? Et puis en 1958, les moyens de communication étaient comment ? Même notre langue évolue et qu’on le veuille ou non, nos paysages, la population, le reste du monde, votre ADN et même l’activité du soleil !
        N’est ce pas utopique de vouloir figer les choses quand tout bouge autour de vous ?
        Evidemment que des mofifs constantes n’ont pas de sens. M’enfin je dis çà …

  28. « le gouvernement ne reviendra pas sur L’ISF »
    soyez prudent en affirmant cela. Il ne devait pas revenir sur l’application des taxes sur les produits pétroliers. Seulement il est passé en quelques heures, malgré ses affirmations, du moratoire à l’annulation pure et simple de cette hausse.
    Croyez la crise actuelle est si profonde que pour l’arrêter il faudra lâcher plus que cela.
    Je pense même que nous allons être extrêmement surpris.
    Je suis même que les 3% de déficit vont voler en éclat et que Bruxelles avalera la couleuvre vu ce qui ce passe.
    Le mouvement des gilets jaunes s’étend à l’Europe, le Brexit est là, l’Italie Résiste aux technocrates non élus de Bruxelles.
    Si la France pays fondateur de l’Europe , comme l’Italie, sort des clous, je pense qu’il y aura un silence radio de Bruxelles. On assistera à des éléments de langage pour ne pas perdre la face
    seul les capitaux investis en France doivent être exclus de L’ISF
    Il faut également supprimer la flat taxes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*