Assurance vie et gestion de patrimoine

Nous sommes au cœur de l’été 2017, nombreux sont partis en vacances, les autres règlent les dernières instances avant leur départ la semaine prochaine. Tous, nous sommes rassurés, probablement naïvement, du sursaut fiscal de notre jeune président élu depuis 2 mois qui aurait soudainement entendu la plainte des investisseurs qui ne peuvent pas investir en France à cause d’une fiscalité confiscatoire.

ISF, Prélèvement Forfaitaire Unique à 30% … la presse, dont le rôle n’est maintenant que de diffuser ce qu’on leur demande de diffuser, est unanime : Les investisseurs vont à nouveau investir en France maintenant que ces freins à l’investissement et à la croissance sont levés. 



 

 

Mais au fait, qui sont ces fameux investisseurs qui ne pouvaient plus investir en France à cause de cette fiscalité confiscatoire ?

Des épargnants qui bénéficient d’une réduction d’impôt sur le revenu de 18% lorsqu’ils investissaient dans le capital d’une PME (et d’une exonération totale d’impôt sur la plus value en cas de détention supérieure à 5 ans pour les FIP) ?  ;

Ou encore ces épargnants qui bénéficient d’une exonération d’ISF de 50% pour investissement dans le capital d’une PME (dont les plus-values sont également exonérées après 5 ans de détention pour les FIP) ? ;

Ou encore de ces chefs d’entreprises qui bénéficiaient d’un abattement de 85% lorsqu’il vendent une entreprise créée par eux et revendue plus de 8 ans après la création ? (et donc payent -+ 20% d’impôt sur la plus value)

Ou encore ces investisseurs étrangers qui n’ont que faire de l’imposition sur le capital en France puisqu’ils ne payent pas leurs impôts personnels en France (mais dans leur pays de résidence) ?

 

Sincèrement, je n’arrive pas à comprendre qui sont ces fameux investisseurs qui ne peuvent investir en France à cause d’une fiscalité confiscatoire ? Aidez moi dans les commentaires …  Tout le monde reprend cette belle légende urbaine en boucle, mais nous sommes nous déjà interrogé sur la véracité du propos ?



 

 

Le prélèvement forfaitaire unique à 30%, une arnaque de communication pour augmenter les impôts sur le capital de la majorité des petits épargnants ? C’est à dire sur l’assurance vie.

Comme je vous le présentais déjà dans cet article « Le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) une réforme indispensable pour le « Make France Great Again » ?« , nous vivons là une grande « arnaque » de communication !

En effet, le Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% n’est pas un cadeau pour les investisseurs ou les épargnants car le taux réel d’imposition est déjà, pour la très grande majorité d’entre vous, très proche de ces fameux 30%.

Je vous laisse regarder les tableaux de synthèse que nous vous avons proposés dans l’article cité ci avant. Au final, le constat est clair, le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% est très avantageux pour un tout tout petit nombre d’entre vous, c’est à dire les contribuables imposés dans les tranches à 41% ou 45% !

Par contre, une certitude, l’augmentation de la fiscalité de l’assurance vie, concernera tous les petits épargnants dès lors qu’ils versent plus de 150 000€ dans leur contrat d’assurance vie. Et oui, voici un beau tour de passe passe pour faire passer favorablement une augmentation de l’impôt sur le capital comme une bonne nouvelle pour attirer ces fameux investisseurs que personne ne connaît. (si vous avez des exemples de ces fameux investisseurs qui pourront enfin investir en France, faites moi signe dans les commentaires).

 

Et Oui, l’assurance vie perd son avantage comparatif et verra sa fiscalité augmenter à 30% après 8 ans (sans abattement de 4600€ ou 9200€ ?) – cf  » Analyse de la taxe de 30% sur les contrats d’assurance vie. Quelles conséquences ?« .

Bien évidemment, les vieux contrats d’assurance vie ne seront pas concernés par cette augmentation d’impôt après 8 ans, mais tous les nouveaux souscripteurs ne pourront plus considérer l’assurance vie comme un support attrayant pour épargner à long terme. L’assurance vie conserve des atouts indéniables, mais il est aussi indéniable que le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les contrats d’assurance vie est synonyme d’augmentation d’impôt après 150 000€ de versement.

150 000€, cela est très faible ! C’est par exemple le prix de vente d’une petite résidence principale pour payer la maison de retraite.

Bref, le prélèvement forfaitaire unique est une mauvaise nouvelle pour les petits épargnants… mais pour l’instant personne ne s’en rend compte et reste confiant devant un président qui baisse l’impôt sur le revenu du capital à seulement 30% (alors que le niveau actuel est confiscatoire, c’est bien connu, tout le monde le dit – mais je vous l’assure, c’est FAUX ! comme je l’ai détaillé dans cet article – cf  » Non, La France n’est pas un enfer fiscal pour les patrimoines.« ).

Imaginez, cette réforme profonde de la fiscalité du capital ne coûterait qu’1.5 milliards d’Euros. Vous ne trouvez pas que ces très peu ? Une fiscalité confiscatoire et honteusement élevée dont la suppression ne coûte qu’1.5 milliards d’euros, il y a comme un problème !

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois d’Octobre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

 

 

L’immobilier locatif subit une véritable fiscalité confiscatoire qui va encore s’alourdir avec la hausse de la CSG de 1.70%

Totalement absent des débats et même régulièrement stigmatisé comme étant un investissement de rentiers, l’immobilier locatif subit pourtant une fiscalité confiscatoire qui va encore s’alourdir dès 2018 avec l’augmentation de la CSG sur les revenus fonciers.

 

Synthèse impôt sur le revenu sur les revenus fonciers

Tranche marginale d’imposition 0% 14% 30% 41% 45%
Prélèvements sociaux 2018 17,20% 17,20% 17,20% 17,20% 17,20%
Total impôt sur revenus fonciers (hors taxe foncière) 17% 31% 47% 58% 62%

 

Le petit propriétaire bailleur imposé dans la tranche marginale à 30% (> 26818€ par part de quotient familial) se voit ponctionner de 47% d’impôt sur le revenu + prélèvements sociaux.

Et, il n’est pas intégré dans ce taux d’imposition la bombe qui se prépare avec la révision des valeurs locatives cadastrales, qui pourrait conduire à une très forte augmentation de la taxe foncière pour certains biens dont la valeur relative a explosée depuis 1970. Cf « La réforme des valeurs locatives cadastrales et suppression de la taxe d’habitation seront deux réformes liées« .

La suppression programmée de la loi PINEL en 2018 (ou son extrême resserrement) n’arrange rien ! (La loi PINEL supprimée en 2018 ! Quelles solutions pour en profiter avant le 31/12/2017 ?)

Ça devient de la folie furieuse ! Le gouvernement ne s’y prendrait pas mieux s’il voulait casser le marché de l’immobilier et nos chiffres confirment d’ailleurs un début de fort retournement du marché (cf « L’inquiétante baisse de 22.5% du nombre des crédits immobiliers octroyés en Juin 2017.« )

Cette fiscalité est clairement confiscatoire et doit décourager de très nombreux candidats à l’investissement immobilier locatif qui ne peuvent plus espérer tirer une rentabilité attrayante de leurs investissements locatifs.

Ce constat, nous le faisons depuis très longtemps, nous vous l’avons exposé dans ces quelques articles « Pétition : Baisser l’impôt sur le revenu foncier pour mettre fin à la crise du logement ! » ou encore « M. Macron, la bourse est elle vraiment plus utile que l’immobilier pour la croissance ? »

 

 

Le petit épargnant un pigeon qui se laisse plumer ?

Au final, derrière une communication favorable à l’investissement, la réalité est plus contrastée et si les très gros détenteurs de capital doivent y trouver leur compte, les petits investisseurs immobiliers et épargnants en assurance vie sont clairement mortifiés par les réformes fiscales de M MACRON !

Au delà du propos polémiste, il ne semble pas incohérent de s’attaquer aux avantages fiscaux injustifiés de l’assurance vie comme nous vous l’exprimons depuis quelques années « Les avantages fiscaux de l’assurance vie sont ils toujours justifiés ? » et il est même de la responsabilité de l’état de ne pas continuer à subventionner un produit financier dont les caractéristiques ne sont pas à la hauteur (risque élevé en cas de hausse des taux d’intérêt, et rendement médiocre). Néanmoins, se cacher derrière une pseudo fiscalité confiscatoire pour avantager quelques uns ne me semble pas justifié.

 

Enfin, en ce qui concerne les revenus locatifs, il me semble urgent d’envisager une réforme globale de l’imposition des revenus fonciers. L’immobilier représente un capital immobilisé apparemment non productif pour l’économie mais le potentiel de mobilisation est très élevé.

Au lieu d’attaquer le méchant bailleur immobilier, ne serait il pas plus constructif de l’encourager à faire des travaux, investir pour améliorer le confort énergétique de ses logements, rénover … c’est à dire rendre son logement productif pour l’économie, la croissance et essayer de régler le problème du logement en France.

Pour ce faire, l’adoption d’une fiscalité favorable à la réalisation de travaux ne serait elle pas intéressante ? Il suffirait d’instaurer un système d’amortissement des investissements et travaux tel que c’est aujourd’hui le cas pour les entreprises ou la location meublée par exemple ?



Ces autres articles devraient vous intéresser :


47 Comments

  1. « Il suffirait d’instaurer un système d’amortissement des investissements et travaux tel que c’est aujourd’hui le cas pour les entreprises  »
    C’est exactement ce que je fais, bilan et CE
    Car je me considère comme une (très petite) entreprise
    Malheureusement sans incidence fiscale.

    J’ai décidé de me séparer d’un bien. Le ciel s’assombrit.

  2. « Au final, le constat est clair, le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% est très avantageux pour un tout tout petit nombre d’entre vous, c’est à dire les contribuables imposés dans les tranches à 41% ou 45%  »

    Faux: le PFU comprends les PS de 17,2%, ce qui veut dire que le dispositif est intéressant dès un TMI à 14%, ce qui représente pas mal d’épargnants.

    • Oui, mais non. Car le PFU induit suppression des abattements et notamment des abattements de 40% avant imposition des dividendes par exemple et suppression des abattements pour durée de détention pour les plus values

      En france le taux réel d’imposition des revenus du capital n’est pas de la Tranche marginale d’imposition du fait de ces abattements…

      • Pierre a raison.
        Une TMI à 30% donne une imposition à 18% une fois déduit l’abattement de 40%.
        Ajoutons les 15,5% de PS, on obtient une fiscalité totale de 33,5%.

      • En effet, cela aurait été trop beau !
        La suppression des abattements pour durée de détention pour les plus-values devrait être applicable que sur les nouvelles souscription, ou aussi pour celles déjà détenues ?
        Certains véhicules d’investissement « adaptogènes » devraient être mis en place ou mis en avant. Je pense notamment au crowdlending qui est assimilable actuellement à une obligation (donc sans abattement sur les plus-values à terme). Actuellement le régime n’est pas favorable. Il va le devenir…jusqu’à une nouvelle loi de finance rectificative….

      • ROLAND GARNIER says:

        « Oui, mais non. Car le PFU induit suppression des abattements et notamment des abattements de 40% avant imposition des dividendes par exemple et suppression des abattements pour durée de détention pour les plus values »
        Que faut-il entendre ? Parles-t-on de + values des particuliers ou + values dans le cadre par exemple d’une SCI soumise à l’IS avec en effet système d’amortissements ?

  3. Magnifique de clairvoyance!

    Et oui, comme quoi les impôts peuvent continuer à augmenter même en France.
    N’oublions pas que E Macron est le principal artisan des hausses des prélèvements sous le mandat F Hollande

    Comment imaginer qu’il en soit différemment sous son propre mandat ?

    En fait l’objectif est de faire revenir les riches expats mais on est très très loin du compte encore avec un peu expat à l’île Maurice ou encore pire à Hong Kong…

  4. Considérant qu’avec 1700 € mensuel, on entre dans les classes aisées (Dixit Hollande), qui peut mettre 150 000 € en épargne n’est pas un petit épargnant!
    Il aurait peut-être été plus juste de faire remarquer que la hausse de la CSG va peser sur le taux servi sur les fonds euros que tous les épargnants ont dans leur contrat..
    Avec autour de 1500 Mds€ (à la louche) en fonds euros, la hausse de la CSG devrait soustraire du rendement servi aux épargnants plus de 600 millions d’euros.

  5. @Patrick
    Hollande avait fixé le seuil de riche à 4000€… faut pas exagérer quand même… même si ce n’est même pas le quart de ce qu’il gagne lui même 🙂
    Si nous sommes dans un pays et sur un blog qui considère que 150 000€ est une somme démente alors c’est quand même grave!

    • Dernière réduction d’impôts consentie par Hollande l’année dernière concernait les classes moyennes, jusqu’à 1700€ mensuel.. Au delà, que dalle. Et au delà, si on n’est plus dans les classes moyennes, j’en ai déduit qu’on devient aisé.
      D’ailleurs… La taxe d’habitation : 80% ne la payeront plus, ce qui correspond à 20 000€ annuels.
      1700 mensuel, 20 000 annuel, c’est la cohérence Macron/Hollande!!

  6. Patrick D says:

    Les investisseurs qui ont tout misé sur l’immobilier pairont autant avec l’IFI que l’ISF. Pour eux, les impôts vont augmenter car, ceux qui restent en France, se concentrent sur les grandes villes et à mon avis c’est là que les TF vont exploser. Alors quelles sont déjà très fortes en milieu rural, elles étaient très clémentes sur Paris par exemple.

    + hausse de la CSG
    + politique visiblement anti bailleurs
    + lois pro locataires

    Je ne crois pas que l’immobilier reparte de sitôt. Du moins pas tant que le président n’aura pas subit le retour de baton après la chute du secteur.

    Quand aux investisseurs immo que cherche Guillaume, je crois qu’il s’agit de français avec un capital à placer dans les meilleurs placements avec le moins de risques possibles. Ce sont des particuliers qui ont le courage, le temps et l’argent d’investir loin de chez eux pour avoir le meilleur rendement possible.
    Ils se sont désengagés des petites villes après ALUR. Ils vont quitter les grandes villes après MACRON. Certains se tourneront vers les placements en entreprise, mais beaucoup iront vers l’immobilier à l’étranger. Parce qu’ils conaissent bien l’activité et qu’il y a d’excellentes affaires pas très loin de la France (Berlin par exemple).

    Une fois installés hors de France, ils ne reviendront facilement pas car ils connaitront la réalité fiscale française et sont instabilités.

    • En réponse à vos dernières phrases et beaucoup d’autres que j’ai pu lire ailleurs sur le blog :
      « Macron veut faire fuir les français hors de leur propre pays ».
      (voir les objectifs de Terra Nova – le « français moyen » est de dernier de leur souci, à part le fait de
      leur imposer un loyer fictif aux contribuables propriétaires de leur résidence principale)

      Qu’est-ce qu’on se sent mal dans notre vieux pays….

  7. Pour éviter de défavoriser les petits épargnants, il prévoit toujours la possibilité d’opter pour le barème de l’impôt sur le revenu.
    http://www.lepoint.fr/dossiers/economie/special-placements/special-placements-quels-changements-pour-votre-epargne-24-05-2017-2129876_797.php

    • Oui, vous avez raison. Mais j’entends par petit épargnants, ceux qui seront pas petit à vous yeux, c’est à dire ceux qui ont un peu de patrimoine et qui sont imposables dans une tranche à 30%.

      • oui en effet les petits épargnant pourrons être imposés par tranches! pourquoi ne pas le précisés et parler de leur mortification? un expert se dois d’être objectif! a moins que n’ayez de nouvelles infos qui disent que ce ne sera plus cas et que les petits épargnants seront obligés de payer les 30%?

  8. Papigilles says:

    Tiens,tiens.Il y aurait de la prestidigitation dans l’air.On aime bien les manipulateurs.On sait qu’il y a un truc,mais ça fait rien,on en redemande.
    Mais au fait,qui seraient ces fameux investisseurs ? Pour partie ne serait-ce pas les souscripteurs aux assurances-vies.Les quelques milliards dits « stockés »ne seraient ils pas investis par nos assureurs?
    Le petit épargnant est un pigeon qui se laisse plumer ! On ne plume un pigeon que lorsqu’il est mort…Nous , nous donnons nous-même nos plumes.
    Pour sourire : vous savez qu’un pigeon change de plumes tous les ans. Mais la nature, intelligente,le fait de manière ordonnée et progressive,plume après plume,de façon à ce que le pigeon puisse voler et vivre normalement.Je suggère donc que Macron en fasse autant avec nous.

  9. Souvenez vous que ma question était : Qui sont ces mystérieux investisseurs qui vont relancer la croissance de la France ? Personne n’a de réponse ?

    • papigilles says:

      Pour étayer l’argument ou je disais que les principaux investisseurs étaient les épargnants je vous livre le point suivant : Les assureurs ont investi 1 384 milliards d’euros dans les entreprises en 2016. Ces investissements se répartissent en dettes via des obligations d’entreprises (39 %), en capital via des actions (17 %) et en immobilier d’entreprises (3 %).
      (Source : rapport annuel 2016 de la Fédération Française de l’Assurance, publié le 20 juillet 2017)

    • Fredy Gosse says:

      probablement pas les Italiens

  10. @Guillaume
    Si ce sont les expat fiscaux, mais il ne faut pas rever ils ne vont pas revenir
    Peut être que certains ne vont pas partir du coup… mais bon quand on aime l’argent on a probablement pas envie de rester en france !

  11. Je pense que beaucoup d’entre nous s’étaient posé la question si c’était leur intérêt perso… et ce n’était pas le cas 🙂

  12. fallait pas rêver ; les médias et vous Guillaume avez vendu du rêve à la masse ; le cauchemar pour le reste ne fait que commencer!

    • Mais, fondamentalement, je ne suis pas certain qu’il s’agisse de mauvaises mesures fiscales. C’est désagréable, mais nécessaire non ?

      • Fredy Gosse says:

        NON ce quiet nécessaire c’est la baisse du niveau de vie de la Puissance Publique

        • Et ça doit nécessairement passer par ce que j’appelais en activité le syndrome de la page blanche. Car de simples mesures homéopathiques n’y suffiront pas.

          On riait au départ.

          Moins quand je mettais en place ………..

          Il faut savoir ce que l’on veut.

  13. Je partage l’idée qu’inciter ces Français encore très fortunés / entrepreneurs à ne pas quitter le pays et/ou y loger leur développement serait déjà une très belle victoire.

    L’ISF est un impot purement démagogique qui aura fait un mal terrible en faisant fuir sur 35 ans des dizaines de milliers de grandes fortunes et d’entrepreneurs.
    Macron – dont je suis loin d’être un fan inconditionnel – à l’intelligence de le supprimer en grande partie, comprenant que l’opinion n’est pas prête d’accepter que l’on cesse totalement de taper la classe possédante.
    Qu’on puisse ne serait-ce que penser à poser la question de savoir si on est pour ou contre un impôt que paient les seuls riches (et imaginer que la réponse serait autre que pour à +70%) montre la portée populiste de cette disposition.
    Le commentaire s’applique aussi aux capitaux étrangers dont l’investissement en France est fortement freiné entre autres (*) par la fiscalité élevée et instable. ( *: droit du travai en tête:pourquoi prendrai-je le risque de recruter si je ne peux débaucher, c’est si simple à comprendre !)
    L’état raisonnant comme si la France etait un îlot isolé et faisant abstraction de la concurrence fiscale, le résultat est simple à anticiper et se confirme année après année !

    Je pense aussi qu’au delà de la question des riches qui partent ou non, se pose la question de la circulation des capitaux: la fiscalité en gele une partie importante !

    Imaginez que la fiscalité soit fortement allégée: leur rotation serait très accélérée et cela aiderait – entre autre bénéfice -les Français à comprendre que l’immobilier n’est pas l’alpha et l’oméga de l’activité économique.

    Mais ne soyons pas trop inquiets sur ce dernier point : à moyen terme, le marché immobilier, entre hausse des taux et fiscalité confiscatoire se prendra une belle crise et l’IFI, sera oublié ou réformé de sorte que l’on l’oublie. Entre temps, les prix se seront pris une belle claque eux qui ont cru -dans certaines régions – d’une manière totalement aberrante depuis 20 ans.

    Cdt, Bernard

    • Merci, j’aime bien à chaque fois votre prise de recul et votre esprit de synthèse.

      Voici une belle analyse de la situation. La question de la circulation des capitaux et de l’investissement étranger repose néanmoins davantage sur la flexibilité et coût du travail que fiscalité française sur les capitaux. Les étrangers ne sont pas concernés par notre fiscalité des particuliers 😉

      « L’état raisonnant comme si la France etait un îlot isolé et faisant abstraction de la concurrence fiscale, le résultat est simple à anticiper et se confirme année après année ! ». Sur le fond, vous avez raison. Nous sommes en concurrence avec des pays qui font de la déflation salariale leur moyen de relance économique au détriment de la France qui résiste. Mais est ce raisonnable d’avoir raison tout seul ?

      • Bonjour Guillaume,
        La « justice sociale » qui a donné lieu a bcp de mesures fiscales peut être en théorie éthique ou effectivement le reflet d’une certaine justice, quoique toujours autoproclamée (ce qui est antinomique avec l’idée de justice)
        En revanche, elle est le plus souvent inefficace voir carrément contreproductive, comme l’ISF ou certains taux d’imposition qui devenant confiscatoires, freinent voir gèlent les initiatives.

        Nos politiques doivent sortir du dogmatisme qui ne sert que les discours électoraux, et se concentrer sur ce qui est efficace et produit des résultats.

        Pragmatisme avant tout !

  14. « Il suffit, il suffit »…. depuis le temps qu’il suffit, on ne voit rien venir de favorable, car les solutions- équitables- sont connues et pas appliquées……

    Seule une diversification mondiale permettra de s’en sortir

    Vendre et partir le plus tôt possible, le cher vieux pays n’est pas entre de bonnes mains.

    • + 1.
      Mais si on ne veut pas le quitter, car justement, on revient de l’étranger après avoir souffert du mal du pays ? (c’est mon cas)

      Je pense souvent aux conditions qui ont déclenché la 2è guerre mondiale (traité de Versailles) : boycott de l’Allemagne (plus beaucoup de travail pour les allemands)* et endettement en masse auprès des banques.
      Aujourd’hui avec les nouvelles lois du travail et les ménages français endettés au maximum, nous ne sommes pas loin des même conditions. Suffirait d’une étincelle.
      Et nous avons un capitaine psychopathe* et immature au commande du paquebot.

      * https://www.youtube.com/watch?v=NKhIHFwijiw&feature=youtu.be

  15. Tiens un peu de concret à digérer…… isn’t it Guillaume ?

    La fiscalité du capital française incite fortement à l’expatriation fiscale
    18/07/2017 FISCALITE DU PARTICULIER, INTERNATIONAL
    C’est ce que montre l’étude comparée de la charge fiscale entre la France et six pays européens réalisée par Coe-Rexecode, dont certains sont clairement des pays d’expatriation. Ils estiment à 1200 annuels le nombre de départ pour des raisons fiscales ou familiales. Depuis l’origine de l’ISF (feu l’IGF) le départ cumulé des capitaux atteindrait 70 milliards d’euros. Le manque à gagner sur le PIB serait depuis 1980 de 45 milliards d’euros (NDLR soit 22 milliards derecettes fiscales pour la dernière année…).

    Les auteurs pointent du doigt le système français qui nécessite un départ total (quitter ses mandats, abandonner son activité économique en France) pour être valide. Une particularité importante de la fiscalité française est l’addition d’impôts progressifs sur les revenus du capital, sur les plus-values du capital et sur le capital lui-même. La superposition de ces impôts conduit à un écart de fiscalité aberrant sur le même effort d’épargne entre les pays européens.
    Référence : http://www.coe-rexecode.fr/public/Analyses-et-prev

  16. Fredy Gosse says:

    vous êtes tous des gens intelligents et pourtant je ne vous comprends pas.Quelqu’un peut il m’expliquer comment sans baisse des dépenses publiques on pourra baisser les impôts ?là nous assistons à un transfert des charges des uns vers les autres.Ce que gagneront certains sera perdu par les autres…il parait que nous avons des spécialistes qui savent ,eux,que globalement ces transferts seront positifs pour le pays et tant pis pour ceux qui paieront la note du transfert.
    Depuis 1974 ces spécialistes sorties de la même école SAVENT…de promotion Colbert en promotion Machin ils Savent et….NOUS PAYONS.. leurs lubies et leurs erreurs
    Tant que notre nouveau President ne nous présentera pas un programme de réductions des dépenses vous pouvez considérez que la musique du pipeau est inchangée

    • Ce qui m’inquiète le plus c’est l’annulation des charges salariales de l’assurance maladie.
      C’est à dire que le salarié ne va plus payer sa couverture santé !
      Aujourd’hui, il paye, dont il y a droit.
      Mais avec la CSG qui va prendre en charge la Sécu, on va nous dire dans quelques mois que
      ce n’est plus possible et que chacun doit se trouver une assurance privée. (Mais la CSG reste
      au taux haut.)
      Marisol Touraine a fait la « simplification administrative » qui en réalité cache la sécu gratuite
      pour tout le monde (sauf pour les salariés et les étudiants)qui résident au moins 6 mois par an
      en France. (Loi du 1 janvier 2016). J’ai eu la sécu au téléphone pour confirmer.
      A ce rythme-là, notre assurance ne tiendra pas, il n’y a pas assez de cotisants.
      C’est très inquiétant.

    • 🙂

      Je ne sais pas où vous étiez parti, mais il est certain que vous êtes revenu en super forme!

  17. Bonjour Guillaume,
    Quel est l’impact de cette augmentation sur les personnes ayant investis dans une SCPI à crédit?

    Merci par avance,

Répondre à Pierre Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*