Le virus se diffuse de manière incroyable ! S’endetter, profiter des taux de crédit immobilier excessivement bas pour s’enrichir devient l’obsession de tous ! Comme une forme de course en avant, le virus de l’argent gratuit est en train de faire des ravages (cf »Barème des meilleurs taux de crédit immobilier pour Octobre 2019 : Des taux hallucinants !« )
Le boom de l’immobilier locatif, seule manière de profiter des taux bas pour se constituer un patrimoine, est indéniable. Au premier semestre 2019, Century 21 estime que 26,5% de ses ventes au niveau national et 21,1 % sur l’Ile-de-France sont des transactions à titre de placement. Cette part dédiée à l’investissement locatif explose littéralement +31,8 % par rapport au 1er semestre 2018 au niveau national et de +38,8% sur l’Ile-de-France.
Le boom de l’immobilier locatif, peut il être à l’origine d’une hausse plus forte du prix des appartements par rapport au prix des maisons ? Le dernier rapport INSEE sur l’évolution des prix de l’immobilier, la hausse des prix de l’immobilier est générale en France, mais plus particulièrement marquée pour les appartements que pour les maisons (cf »Les prix de l’immobilier toujours plus élevés ! La carte de France des prix à Juin 2019″).
Considérant que l’investissement immobilier locatif se focalise plus particulièrement sur l’achat des appartements, et qu’il représente 27% des achats de biens immobiliers, appartements et maison confondus, ne représente t’il pas plus de 50% ou plus des seuls achats d’appartements ? (ps : Je n’ai pas trouvé de statistiques précises sur le sujet, mais il serait intéressant de creuser). En tout état de cause, l’importance de l’immobilier locatif depuis quelques mois doit pouvoir expliquer une partie de l’évolution du marché immobilier.
Cette forte hausse de la demande d’investissement dans l’immobilier locatif :

  • Doit expliquer une partie de la hausse des prix de l’immobilier ! Lorsque la demande augmente de +31% d’un semestre sur l’autre, les prix augmentent sur le principe naturel de l’offre et de la demande ;

 

  • Peut expliquer une évolution contrastée des prix de l’immobilier entre les appartements et les maisons mais aussi entre les villes et les périphéries et la campagne, car, il est intuitif (mais est ce que les chiffres le confirment ? je n’ai pas de statistiques qui confirmeraient cette intuition) que l’immobilier locatif se concentre principalement sur les appartements dans les métropoles ;

 

  • Pose la question de la pérennité d’un marché entretenu par la « spéculation » et non par le besoin de se loger. Demain, cette demande spéculative de placement immobilier pourrait se retirer et les prix de l’immobilier subir une dégradation rapide de la demande de logement, et donc des prix. Si la hausse des prix observée depuis quelques mois, années devait trouver son explication principale dans le boom de l’immobilier locatif, il serait probablement prudent de prendre du recul sur le marché ! Les marchés dominés par la spéculation ne sont jamais sain !

 

  • Peut expliquer les ventes exceptionnelles de la nouvelle édition de mon livre « Investir dans l’immobilier » 😉  -ps Autodérision : Vous connaissez l’histoire des chercheurs d’Or et des vendeurs de pelles  –

 

Le marché immobilier à nouveau dominé par la fièvre spéculative ?

Après 10 ans d’un marché immobilier qui devait s’assainir après les excès de 2006/2007, serions nous en train de retomber dans les excès de la bulle spéculative ? Cette période d’euphorie pendant laquelle la raison vous quitte au profit de la certitude d’un enrichissement facile et sans cause ? Cette période pendant laquelle, tout le monde croit pouvoir devenir riche grâce à son investissement immobilier locatif, sans se méfier des risques non négligeables de son investissement ?
Je ne sais pas.  J’ai l’impression que la fièvre touche principalement les investissement en immobilier locatif, mais il ne manque pas grand chose pour qu’elle se propage à tout le marché. Comme nous l’expliquons dans notre livre « Investir dans l’immobilier« , L’excessive faiblesse des taux de crédit immobilier modifie toute la structure du marché immobilier. Les candidats à l’investissement immobilier dispose d’un pouvoir d’achat qui doit être à l’origine d’une hausse future des prix de l’immobilier.
Imaginez qu’un couple avec 3000€ de revenu mensuel (1500€ pour chacun des membres du couple) peut emprunter 250 000€, sans apport contre seulement 180 000€ en 2010 ! Soit une hausse de pouvoir d’achat immobilier de 40% en 10 ans ! En d’autres mots, les prix de l’immobilier peuvent augmenter de 40% par rapport à 2010 pour retrouver la situation de 2010 ! (cf »Pourquoi les prix de l’immobilier pourraient augmenter de 30% ? »).
Bien évidemment, il faut que les taux de crédit immobilier restent bas et que l’activité économique ne sombre pas.
 

Et vous, quelles sont vos impressions ? Comment ressentez vous le marché immobilier ?

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

151 commentaires